Fouilles fructueuses sur le site du Parlement wallon

Les entrepôts qui bordent le quartier et s'adossent à la muraille moyenâgeuse sont la découverte inattendue de ces fouilles
3 images
Les entrepôts qui bordent le quartier et s'adossent à la muraille moyenâgeuse sont la découverte inattendue de ces fouilles - © Carl Defoy - RTBF

Les fouilles ont repris sur le site où le Parlement wallon va bientôt s’étendre. Les archéologues de l'AWAP, l'Agence WAllonne du Patrimoine, ont jusqu’à la fin de ce mois pour exploiter un endroit qui a vite démontré son intérêt.

Souvent, les fouilles ne révèlent que les traces de fondations sur lesquelles les archéologues reconstruisent mentalement un habitat, des fortifications, un plan urbain. Ici, certains murs sont toujours debout : on foule le pavé d’une venelle qui vient de retrouver la lumière, serpente entre des pignons et conduit aux entrepôts comtaux. C’est un cas de figure plutôt rare.

Entrepôts comtaux

Les entrepôts sont LA découverte inattendue de ce chantier. Ils sont riches d’enseignements, explique Marie Verbeek, archéologue. "Ils nous permettent d’étudier les relations entre le Comte (NDLR : de Namur), les marchands qui passent sur la Meuse et les grands personnages qui habitent ici et assurent le contrôle sur les marchandises." C’est donc une pièce essentielle qui complète le puzzle archéologique du Grognon.

Site majeur

Raphaël Vanmechelen, lui aussi à la tâche sur le chantier, ne doutait pas qu’on soit en présence d’un site majeur de Wallonie. Les découvertes mettent en lumière une organisation urbaine, sociale comme rarement on a pu l’observer, dit-il. C’est un site qui, selon lui, dépasse même les attentes habituelles et met en lumière une organisation très claire, surtout pour le Moyen-Age.

Aller aux origines (préhistoriques ?)

Les scientifiques mettent l’accent sur cette période de l’histoire particulièrement bien conservée ici mais ils ne s’y arrêteront pas. Leur intention est d’aller jusqu’aux premières traces de peuplement. Les Romains ont occupé les lieux. Rien ne permet d’affirmer qu’ils en aient été les premiers locataires. C'est ce que les archéologues tenteront de vérifier.

Un chantier-test

Ce chantier aura aussi été exemplaire pour de nouvelles façons de fouiller non seulement à cause des précautions nécessaires contre le Covid-19 mais aussi parce que les lieux sont pollués. Il a fallu innover, trouver des solutions adaptées qui pourront être mises à profit lors de fouilles ultérieures.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK