Florennes: des élèves de l'Institut Saint-Pierre et Paul se mobilisent pour "sauver" leurs profs

Des élèves de 5ème secondaire se mobilisent pour tenter d’empêcher le départ "forcé" de certains professeurs (illustration).
Des élèves de 5ème secondaire se mobilisent pour tenter d’empêcher le départ "forcé" de certains professeurs (illustration). - © Flickr - OliBac

Une centaine d'élèves (de 5ème secondaire, soit des futurs animateurs) de l’Institut Saints-Pierre et Paul de Florennes manifestent ce mercredi pour défendre leurs professeurs. Une action en quelque sorte contre une réforme décidée par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

"Certains profs qui n'ont pas le titre requis vont devoir quitter leurs fonctions en septembre, des profs qui ont pourtant prouvé leurs compétences." Inacceptable, selon les élèves de Florennes qui se mobilisent donc pour tenter d’empêcher le départ des profs concernés (une quinzaine d'entre eux seraient concernés).

Ces futurs animateurs veulent faire entendre leurs voix et espèrent secrètement que le mouvement fera tache d'huile. Une réforme injuste et qui bouleverse les liens établis depuis quelques temps déjà.

"Triste que des personnes qui sont aussi qualifiées doivent partir"

Corentin Defrère, l’une des chevilles ouvrières, ne dit rien d'autre. "C'est exactement ça. On trouve vraiment ça triste que des personnes qui sont aussi qualifiées doivent partir. Ce sont des gens qu’on considère un peu comme des membres de notre classe."

Du côté de la direction de l’école, on soutient les élèves. "Nous sommes tous un peu dépassés par l’ampleur des réformes. Je crois que sur le fondement, sur l’idéologie, elle peut être bonne, mais il ne faut pas seulement émettre des idées, il faut aussi mettre toute la pratique et toutes les modalités opératoires qui permettent de mener cette réforme à bien, explique Michel Larose (directeur). Mais comme on n’a pas les matériaux pour la mener à bien, je ne vois pas comment cette réforme pourrait être bonne."

Peut-être ce mouvement va-t-il faire tache d'huile ; peut-être cela écourtera les vacances des directions, obligées de partir à la recherche des professeurs dûment titrés. Mais lorsque l'on sait qu'il y a pénurie en la matière, il y a de quoi s'interroger.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK