Florennes : 40 riverains victimes d’eau brunâtre dans le projet des autoroutes de l’eau

Une eau brunâtre et malodorante coule du robinet de la cuisine ou de la salle de bains dans certaines habitations à Florennes. Cette eau est potable et sans danger pour la santé, précise l’INASEP, malgré un désagréable goût de fer. Cette mauvaise surprise au robinet est constatée depuis un changement récent de captage d’eau.

Depuis début janvier et la décision de l’Intercommunale Namuroise de Services public (INASEP) d’arrêter le captage de l’eau à la station de la Valette, la ville de Florennes est désormais alimentée par de l’eau puisée au barrage du Ry de Rome.

Une eau moins dure qui réagit avec certaines tuyauteries

Cette eau est plus douce, c'est-à-dire moins chargée en calcaire que l'eau issue de la station de la Valette. Ce changement de nature de l'eau provoque une réaction chimique dans les tuyaux, principalement en acier galvanisé, dans certaines habitations. "Quand une eau est riche en calcaire, une couche de calcaire se forme à l'intérieur des tuyaux", explique Alexandre Wilemme, directeur du service de production et distribution d'eau à l'Intercommunale Namuroise de Services public (INASEP). "Cette protection calcaire isole l'eau du contact direct avec les éléments constitutifs de la canalisation. Avec une eau douce, un phénomène de corrosion se produit. Au contact de la canalisation, le liquide se charge en particules de calcaire et d'oxyde de fer, d'où cette coloration brunâtre." Malgré son fort goût de fer qui la rend extrêmement désagréable à boire, cette eau brunâtre ne présente aucun danger pour la santé. 

Selon l'INASEP, l'eau arrive propre et conforme jusqu'au compteur d'eau. Le problème viendrait donc des canalisations intérieures des ménages et pas du réseau de distribution. Pour l'instant, une quarantaine de réclamations ont été déposées à ce sujet sur les 1991 ménages Florennois raccordés au réseau de distribution.

Que faire lorsque l'on rencontre ce problème? "Il faut contacter l'INASEP", prévient Alexandre Wilemme. "Ensuite, les canalisations doivent être purgées pour éliminer le plus gros des particules. Le compteur est alors enlevé. L'eau ne sera pas facturée au consommateur." Cette période de transition s'étirera jusqu'à la mi-mars. "Mais la solution pérenne, c'est de remplacer totalement ces canalisations en acier galvanisé". Ce remplacement se fera aux frais du particulier. La responsabilité de l'INASEP en matière de qualité d'eau s'arrête au compteur de l'habitation.

Un réseau d’autoroutes pour l’eau

L'arrêt du captage de la Valette, à l'origine de ce problème, a été décidé dans le grand projet des autoroutes de l'eau. Depuis plusieurs années, les communes du sud de la Province de Namur connaissent d'importants problèmes d'approvisionnement en eau, notamment de grandes pénuries l'été lors des sécheresses. La Société Wallonne des Eaux (SWDE) et l'Intercommunale Namuroise de Services public (INASEP), qui gère le réseau de distribution en eau, ont lancé de grands travaux pour mutualiser leurs ressources et sécuriser l'approvisionnement. En 2022, un vaste réseau de 27km de conduites alimentera Beauraing, au départ de Florennes. Ce réseau sera alimenté par les eaux du Barrage du Ry de Rome et celles de la carrière calcaire de Florennes. Les eaux de la station de captage de la Valette joueront alors le rôle de réserve, en cas de pénurie.

Au terme du projet des autoroutes de l'eau, l'eau douce du barrage de Ry-de-Rome alimentera en partie le réseau vers Beauraing, qui desservira près de 50.000 ménages. Les détenteurs de canalisations en acier galvanisé auront-ils la même désagréable surprise qu'à Florennes? L'INASEP tempère. "L'eau qui circulera sera un mélange entre l'eau du barrage du Ry de Rome et l'eau de la carrière de Florennes. Ce mélange rééquilibrera la qualité de l'eau. Quant à la proportion entre eau douce et eau calcaire, cela dépendra des volumes produits. Mais on ne rencontrera probablement pas ces problèmes d'eau brunâtre dans le futur réseau ". 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK