Etre en sécurité à l'hôpital? Cela dépend aussi de vous

Semaine de la qualité et de sécurité des patients
2 images
Semaine de la qualité et de sécurité des patients - © sbo@rtbf.be

La clinique St Pierre d'Ottignies a lancé sa semaine de la qualité et sécurité des patients. L'objectif est d'inciter le personnel soignant ET le personnel soigné à être attentifs à tous les petits gestes pouvant éviter une erreur fatale.

"On dit qu'entrer à l'hôpital est plus dangereux que de faire du saut à l'élastique me confie le sourire en coin, l'un des membres du personnel, c'est dire si le milieu recèle bien des pièges..."

Peu rassurant , le passage à l'hôpital ?  

Sophie Browet l'infirmière hygiéniste relativise en ces termes : " Alors oui c'est certain que le milieu hospitalier est un milieu où les bactéries circulent, où vous pouvez développer une infection en plus de ce qui vous amenait ici, mais restons de bon compte. Le risque infectieux n'est qu'une partie du risque. L'idéal serait en effet de pouvoir identifier les patients qui pourraient être porteurs de bactéries multi résistantes et éviter ainsi la mise en contact avec les autres. Mais en attendant, des gestes simples sont à répéter à chaque fois et c'est là que nous demandons à nos patients de jouer le jeu."

Le premier geste est celui de se désinfecter les mains. Au service gastro-pneumologie , on n'a pas lésiné sur les flacons de solution désinfectante. " Il y en a 4 par chambre, nous explique l'infirmière en chef, Carine Debroux. Un devant la porte d'entrée, deux par lits et un de réserve, juste à côté des gants que doivent automatiquement porter le personnel soignant. Se désinfecter les mains doit devenir une routine et parfois lorsque nous sommes pressés, il nous arrive d'oublier ce geste simple. Cette semaine va justement nous aider à inscrire ce geste comme capital avant toute intervention."

Les patients ont quant à eux reçu un petit feuillet rappelant les bons gestes à avoir pour une hygiène correcte des mains et doivent aussi signaler à chaque membre du personnel soignant, si il a omis la désinfection à l'aide du flacon vert avant de s'occuper de lui. " Ca marche plutôt bien, me dit une patiente, ils respectent les consignes. Et lorsque je lui demande si elle accomplit ce petit geste pour elle même... elle me fait signe que parfois oui, parfois non.

Tout au long de cette semaine, la clinique St Pierre incite aussi son personnel a visiter la chambre des erreurs. " Là on a reproduit tout ce qu'on ne peut pas faire. Oublier le nom du patient, s'être trompé de plateau repas, ne pas avoir débrancher le matelas anti escarres ou avoir laissé trainer des seringues..." m'explique Carine Debroux infirmière en chef du service gastro pneumologie. "On a bien sur exagéré dans le tableau donné mais cela permet de redoubler d'attention. Tout le monde peut venir passer une demi- heure dans cette pièce pour remettre ses connaissances à jour et rompre ainsi avec la routine. Bien sûr, nos soignants sont formés pour éviter tous ces pièges mais lorsque l'on est le nez sur le guidon, cela fait du bien de prendre un peu de recul et de voir ce qui est perfectible."

Une semaine au cours de laquelle de nombreux ateliers et conférences sont proposés aux quelques 3.000 membres du personnel travaillant à l'hôpital St Pierre ainsi qu'aux patients qui le souhaitent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK