Ecole Belle-Vue à Jambes: des parents sidérés par les nouveaux tarifs de l'accueil extrascolaire

Les parents apprécient beaucoup l'enseignement de l'école communale Belle-Vue. Mais ils n'apprécient pas du tout l'augmentation des tarifs pour l'accueil extrascolaire
Les parents apprécient beaucoup l'enseignement de l'école communale Belle-Vue. Mais ils n'apprécient pas du tout l'augmentation des tarifs pour l'accueil extrascolaire - © Google Street View

Certains parents de l'école communale Belle-Vue sur les hauteurs de Jambes ont avalé leur petit déjeuner de travers quand ils ont appris les nouveaux tarifs de l'accueil extrascolaire. Pour certains, le prix passe du simple au double. "J'ai deux enfants, je vais devoir payer cinq cents euros en plus par an. C'est l'équivalent d'une activité pour chacun des enfants" explique une maman qui pense devoir supprimer une activité pour pouvoir payer la garderie. "On n'a pas le choix, il faut payer. Et puis laisser ses enfants à la garderie, ce n'est pas par plaisir, ni pour eux ni pour nous. C'est bien parce que je n'ai pas le choix. Je ne peux pas quitter mon travail plus tôt."

800 euros en plus par an

Cette autre mère devra encore payer davantage. "Je suis une maman de trois enfants dont le troisième rentre en septembre. Donc c'est vrai qu'il y aura une grande différence, 800 euros par an en plus." Face à l'émoi suscité, Patricia Grandchamps, échevine de l'accueil extrascolaire, a organisé une réunion hier soir à l'hôtel de ville pour informer au mieux les parents. Elle explique que "la hausse importante des prix vient du fait que l'école Belle-Vue avait des tarifs bas, peut-être anormalement bas, par rapport aux autres écoles communales. Mais nous sommes toujours inférieurs au maxima autorisés par l'ONE. Et nous sommes encore inférieurs à certains tarifs appliqués déjà dans d'autres écoles communales à Namur."

Pas une simple garderie mais un super accueil

Patricia Grandchamps ne change pas le système pour le plaisir de le changer, mais pour améliorer l'accueil et d'en faire un super service. Elle en confie l'organisation à l'asbl Promosport. "Grâce à cela, un certain nombre d'activités complémentaires vont pouvoir être organisées. Les enfant pourront découvrir de nouveaux sports, des activités culinaires, artistiques et musicales". Le problème est que les parents étaient déjà très contents de l'accueil extrascolaire organisé par cette école qui accueille 600 élèves.

Un soulagement pour le directeur de l'école Belle-Vue

Stéphane Jallet est depuis quinze ans directeur de l'école Belle-Vue. Il salue ce changement. "Depuis que je suis directeur, nous devons mettre en place des garderies avec des bouts de ficelle, avec des gens qui nous aident, avec des mamies, des gens bénévoles. Et c'est assez compliqué. Donc voir venir une organisation me fait fort plaisir parce que les gens qui travaillaient pour nous vont pouvoir enfin avoir un vrai contrat de travail. C'est vraiment un plus pour l'école d'avoir quelque chose de stable et d'organisé."

Une pilule qui reste en travers de la gorge des parents

Les parents comprennent bien. Mais la pilule est tout de même difficile à avaler. A la sortie de la réunion d'information, la petite dizaine de parents présents sont restés sur leur faim. Ce papa raconte : "Nous avons donc eu des explications sur les différentes plus-values qu'allaient apporter les services de cette asbl ce qui justifiaient les prix. Donc à mon sens on va d'abord voir la situation avant de pouvoir juger". La ville s'est engagée à organiser une réunion d'évaluation début janvier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK