Eghezée: et si, à l'école, on se focalisait sur les bons comportements des élèves ?

La méthode SCP appliquée à l'EFAN
2 images
La méthode SCP appliquée à l'EFAN - © RTBF - Anaïs Stas

Ne pas courir dans les couloirs, s’asseoir et manger proprement au réfectoire, ranger ses affaires…

A l’école fondamentale Abbé Noël à Eghezée quand Sacha, Marine ou Maëlle, élèves en primaire, adoptent un de ces comportements, ils reçoivent un bracelet. Amaëlle, Maxime et Maxence, élèves en maternelle, reçoivent un pompon de couleur.

Chacun rapporte ensuite cette petite récompense dans sa classe où un bocal est prévu pour les collecter. Quand le récipient est plein, les enfants ont droit à une activité ludique en groupe comme un cache-cache géant pour les primaires ou faire des bulles de savon pour les maternelles.

 

Cette méthode qui consiste à encourager et récompenser des comportements positifs se nomme SCP pour Soutien au Comportement Positif. C’est une méthode issue du monde anglophone et traduit par des Canadiens. Cette méthode y est appliquée dans de nombreuses écoles depuis une décennie.

La méthode SCP se focalise principalement sur l’encouragement des bons comportements. Des règles spécifiques sont rappelées en fonction des lieux : au réfectoire – manger proprement, dans la cour – bien fermer les grilles. De la première maternelle à la sixième primaire les mêmes règles sont attendues, les mêmes comportements sont encouragés pour tous les élèves. Les récompenses sont les mêmes et les punitions sont les mêmes. C’est un système très égalitaire qui vise à apaiser les tensions.

Une méthode bisounours ?

L’idée peut paraître utopiste, idéaliste. Mais si la méthode SCP se focalise en premier lieu sur les comportements à adopter, elle prévoit également des punitions. "Quand un comportement non désiré survient et qu’on n’intervient pas, sa fréquence et son intensité vont augmenter, il est donc aussi important d’intervenir. Mais quand on le fait, on essaye d’intervenir de façon logique", explique Steve Bissonnette, professeur à l’Université TELUQ au Canada et expert de la méthode SCP. Par exemple, si un élève laisse traîner ses affaires, la punition pourrait être de le faire ranger la pièce.

Le soutien au comportement positif fonctionnerait avec 80% des personnes, 20% y seraient réfractaires. "Je ne connais aucune méthode qui peut se vanter de fonctionner à 100% avec 100% des gens dans 100% des situations, ça n’existe pas", conclut Steve Bissonnette.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK