Des subsides ont-ils été détournés à l'AGE, l'association générale des étudiants à l'UNamur?

L'AGE a pour mission de défendre l'intérêt des étudiants, les représenter et les informer sur leurs droits.
3 images
L'AGE a pour mission de défendre l'intérêt des étudiants, les représenter et les informer sur leurs droits. - © RTBF

Que se passe-t-il à l'AGE de Namur ? Un de ses membres accuse l'association de malversations, d'utilisation frauduleuse d'argent public pour des baptêmes estudiantins.

Des accusations que réfute le président de l'AGE. Selon lui, tout est légal. Et l'argent ne sert pas à financer des guindailles. Le ministre de tutelle a tout de même demandé à vérifier les comptes de l'ASBL pour tenter d'y voir plus clair.

Des subsides de la Fédération et un coup de pouce de l’UNamur

Défendre l'intérêt des étudiants, les représenter et les informer sur leurs droits, ce sont les missions de l'AGE. Pour cela, elle reçoit des subsides de la Fédération Wallonie-Bruxelles, environ 17.000 euros en fonction du nombre d'étudiants. Et l'UNamur complète ce montant, environ 3 à 4 mille euros par an.

"Un détournement de fonds"

Mais Hubert Lennarts, membre de l'AGE, en est convaincu. Il dénonce même ce qu'il appelle un "scandale". "Je dénonce un détournement de fonds. À savoir que sur l’ensemble des subsides, plus ou moins 4000 euros sont directement alloués à l’organisation des baptêmes. Et ça, c’est illégal."

Non, ce n'est pas illégal, lui répond Timoté Fallais, le président de l'AGE ! "Aucun argent n’est détourné ! C’est de l’argent en plus que l’UNamur nous donne. Cela sert à la sécurisation des baptêmes : un poste de secours, une assurance ainsi que le matériel de sécurité nécessaire au bon déroulement de l’événement."

Fondé ?

L'université, elle-même, le confirme : "Nous avions convenu avec l’AGE qu’il servait justement à des missions comme la sécurisation des activités et des baptêmes, ainsi qu’à un certain nombre d’activités culturelles", déclare Isabelle Parmentier, vice-rectrice des affaires étudiantes.

L'AGE est en train de préparer toutes ses factures et comptes pour les soumettre au délégué du gouvernement. Celui-ci va les inspecter à la loupe et dire au ministre de tutelle si ces accusations sont fondées au non.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK