Des entreprises innovent pour lutter contre le gaspillage du plastique

Des entreprises innovent pour lutter contre le gaspillage du plastique
Des entreprises innovent pour lutter contre le gaspillage du plastique - © economiecirculaire.wallonie.be

Comment faire pour améliorer la filière du plastique? On le sait, le plastique, c'est un matériau issu du pétrole, polluant, et qui finit la plupart du temps dans les océans. Face à ce problème, le gouvernement wallon a lancé un programme pour trouver des solutions.

Des subsides pour sept entreprises innovantes

Sept entreprises viennent d'être choisies. Elles recevront chacune 15 000 euros pour développer une innovation dans le domaine des plastiques. Par exemple: agir au niveau des industriels qui utilisent le plastique comme matière première.

C'est ce que proposent deux entreprises: DISCRI SPRL, basée à Philippeville, spécialisée dans la fabrication de machines, et Plastics TMP, à Wavre. Cette dernière utilise du plastique tous les jours pour fabriquer des flacons pour le gel hydroalcoolique, notamment. Et elle en vend beaucoup en ce moment. Le problème, c'est qu'à un moment donné, dans le processus de fabrication, c'est inévitable: il y a de la matière qui se perd du plastique, qui tombe par terre, et qu'on ne peut plus utiliser. Cela représente 4% de la production. L'entreprise a déjà payé ce matériau, et elle doit en plus payer pour l'évacuer par camions. Des camions qui vont émettre des gaz à effet de serre. Tout cela multiplié par le nombre d'entreprises, ça fait vite des tonnes de plastique jetées et des tonnes de CO2 dans l'air.

Traiter les déchets plastiques au sein même de l'entreprise

La solution proposée par ces deux entreprises, ce serait non plus de déplacer les déchets, mais de déplacer le centre de recyclage. En gros, construire une machine qui pourrait venir dans l'usine, traiter les déchets sur place, et même les réinjecter directement dans le circuit de production. Comme ce sont leurs propres déchets, les entreprises ont la certitude que c'est un matériau qui correspond à ce qu'elles cherchent. Patrick Belin, directeur de TMP Entreprise: "Cette possibilité de traiter à l'intérieur de l'entreprise nous garantit que les plastiques qui sont réintroduits dans notre production sont bien nos plastiques et proviennent directement de notre matière première à nous, celle qu'on a choisie, avec ses composants chimiques. Ça nous garantit que les produits vont être réintroduits dans notre entreprise en respectant les considérations, les normes et la qualité qu'on souhaite, et non pas des matériaux qui pourraient venir d'ailleurs et dont on ne connait peut-être même pas toujours l'origine".

La machine est encore loin d'être construite. Les 15 000 euros de subsides serviront à sa conception. Un accompagnement est également prévu pendant six mois par la Région wallonne.

Au Guatemala, une ville sans plastique: archives JT du 21/09/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK