Des couleurs, une nouvelle signalétique et 5 quartiers typés: voilà la nouvelle Dinant

5 quartiers aux ambiances typées : le nouveau visage de Dinant.
5 quartiers aux ambiances typées : le nouveau visage de Dinant. - © sbo@rtbf.be

On n'y est pas encore mais les idées sont couchées sur papier. "C'est un bureau d'études français qui s'est penché sur ce chantier de grande ampleur et le Bureau économique de la Province (BeP) reprend le travail en cours pour le porter à  terme en collaboration avec les élus mais aussi et surtout, insiste son directeur, avec celles et ceux qui via leurs associations, leurs clubs et autres forces vives ont pris part à la réflexion pour une ville nouvelle."

Il a d'abord fallu relever les éléments d'identification de cette ville, car Dinant ne repose pas uniquement sur le saxophone d'Adolphe.

Pour Renaud Degueldre, le directeur du bureau Economique de la Province, "il est clair que le saxophone a quelque peu boosté la ville et son attrait auprès du touriste. "Mais, ajoute le directeur du Bep, si l'on veut travailler sur le long terme il est impératif de trouver ce qui a depuis toujours donner à Dinant, son véritable cachet. Et c'est avant toute chose la Meuse, ce fleuve qui la traverse dans un cadre naturel et un bel écrin de verdure, la collégiale, le patrimoine dinantais ensuite qui sont les éléments identitaires de cette ville. Le saxophone doit rester l'une des attractions de force mais il y a d'autres éléments." 

De l'étude menée par le bureau, il ressort aussi qu'il faut impérativement revoir toute la signalétique devenue au fil des ans hétéroclite et parfois même, contradictoire.

Une autre étude porte sur le découpage de la ville en 5 quartiers. Chacun ayant une identité propre et bien typée. En jouant sur les couleurs, le mobilier urbain et une signalisation spécifiques à chacun de ces cinq nouveaux espaces délimités, Dinant offrira plusieurs visages tout en étant et restant une seule et même ville. 

"Prenons l'exemple de la rue Adolphe Sax nous explique Valerian Larose, ici c'est plutôt tradition et terroir. Le couleurs des enseignes devront pour bien faire aller des beiges aux jaunes clairs en passant par la palette des bruns cuivrés. Histoire de rappeler aux visiteurs la bière, le pain, les couques et le saxophone. "

Mais qui va financer ces travaux? La Ville prend en charge le mobilier urbain et incite les commerçants qui sont toujours en place et ceux à venir, à demander les primes communales pour financer la décoration et les aménagements.

Mais il est impératif de jouer sur trois maîtres mots: cohérence, harmonisation et attractivité. 

Tous ces projets censés redonner un second souffle à cette belle Fille de Meuse, devraient au maximum d'ici cinq à six ans, être enfin concrétisés. La Croisette ayant quant à elle servi de tremplin pour la mise en œuvre de ce vaste projet.

Précisons encore que tout ce "relooking" devrait se faire selon les dires du bourgmestre sans que de nouveaux gros travaux n'aient lieu dans la ville.   

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir