Des aveugles au volant d'une voiture à Mettet, pour redevenir "acteur de notre déplacement"

Les personnes étaient bien évidemment guidées par un co-pilote qui leur donnait des indications.
Les personnes étaient bien évidemment guidées par un co-pilote qui leur donnait des indications. - © RTBF

Etre aveugle et conduire ... Cela peut paraître fou, mais c'est le pari relevé jeudi par huit hommes et femmes sur le circuit Jules Tacheny de Mettet. Ils ont roulé toute la journée, grâce à l'association "Les non-voyants et leurs drôles de machines".

A bord de voitures de l'auto-école Bara, ils ont enchaîné les tours de piste. Guidés bien évidemment par un co-pilote qui leur donnait des indications de conduite. De quoi retrouver les sensations de conduite pour certains, de les découvrir pour d'autres.

Ce n'est pas la première fois que ce genre d'expérience a lieu. En dix ans, l'association a permis à 650 non-voyants de conduire sur circuit.

"C’est un circuit un peu particulier car il tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, explique Luc Costermans, l'initiateur du projet, qui a perdu la vue en 2004. Le circuit est très exigeant, fort vallonné, très sinueux et très technique. C’est assez surprenant. Il faut donc être très attentif. Il faut bien écouter les consignes du copilote pour imprimer les angles au volant au bon moment. Il faut aussi beaucoup de compréhension et de mutualité avec son copilote, car il faut savoir lui faire confiance. Et l’inverse est vrai aussi évidemment ! Il est nos yeux, nous sommes ses bras."

Plus qu’une simple expérience

Renoncer à rouler, pour les personnes ne souffrant pas de déficience visuelle, cela ne représente pas en soi un deuil insurmontable. On pense notamment aux personnes qui ont choisi de se passer de voiture pour privilégier d’autres moyens de transport.

Sauf que pour les personnes malvoyantes, l’expérience sur circuit prend une toute autre dimension. "Au quotidien, il faut savoir que nous sommes tributaires des autres dans tous nos déplacements : le ou la conjoint(e), des amis… Ici, grâce à ces journées, on peut se dépasser et retrouver pour quelques instants un volant, et ainsi redevenir acteur de notre déplacement."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK