Décumul: Maxime Prévot sera moins présent à Namur

Ce durcissement des règles relatives aux cumuls s'applique également à Maxime Prévot, ministre wallon et bourgmestre en titre de Namur.
Ce durcissement des règles relatives aux cumuls s'applique également à Maxime Prévot, ministre wallon et bourgmestre en titre de Namur. - © THIERRY ROGE - BELGA

C'est une conséquence indirecte des nouvelles règles prévues par le gouvernement wallon, après l'affaire Publifin : un ministre en exercice ne pourra plus présider un conseil communal. De même, il ne pourra plus assister aux réunions du Collège.

Ce durcissement des règles relatives aux cumuls s'applique donc au cdH Maxime Prévot, ministre wallon et bourgmestre en titre de Namur.

La loi interdisait déjà une série de cumuls, principalement pour éviter les conflits d'intérêt. Mais côté wallon, depuis des années, des ministres avaient trouvé la parade pour conserver un pouvoir d'influence dans leur commune. C'est ce qu'on appelle les bourgmestres en titre. Pas de signatures, mais une présence au collège ou à des cérémonies officielles, par exemple.

Il y a eu Rudy Demotte à Tournai, puis Paul Furlan à Thuin, Paul Magnette à Charleroi... Et à Namur, Maxime Prévot qui présidait aussi le conseil communal. Le ministre wallon devra donc prendre un peu de distance. "Je ne pourrai plus assister aux réunions du Collège. Jusqu’ici, je pouvais y assister comme invité. Ce sera désormais interdit. Je présidais le conseil communal de Namur. Cela ne me sera plus possible non plus."

La mandataire MR Anne Barzin, échevine déléguée aux compétences maïorales, aura donc la casquette de bourgmestre faisant fonction. "Cela clarifie sans doute un peu les choses. Ne plus présider le conseil communal, cela donne probablement un peu moins de visibilité à un bourgmestre en titre. Par contre, ça ne changera rien à mon quotidien et aux compétences que j’exerce maintenant, notamment matière de sécurité."

Quant au nom du prochain président du conseil communal, il sera dévoilé un peu plus tard.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK