Couvin, la première partie du contournement inaugurée

Les milliers de camions qui traversent quotidiennement la petite ville de Couvin, c'est bientôt de l'histoire ancienne.

Ce matin, le premier tronçon du contournement de Couvin d’une longueur de 4,6 kilomètres est inauguré. Cet après-midi, il sera ouvert à la circulation. Il relie Frasnes au Ry de Rome et permet donc d’éviter la traversée de la ville de Couvin. Une date très importante pour les riverains du centre-ville, asphyxiés par les quelques 1500 camions qui traversent quotidiennement la localité.

Un axe d’ampleur européenne

La ville de 14.000 habitants est traversée par la nationale 5, un axe routier devenu une route européenne à grand gabarit en 1992. Cette dernière fait partie de l’axe Marseille – Rotterdam. Le contournement de Couvin doit mettre à gabarit autoroutier 14 kilomètres entre Charleroi et la frontière française.

Un dossier à rebondissements

Le contournement de Couvin est évoqué pour la première fois dans les années 70. Le projet se heurte à une vive opposition. Il revient ensuite régulièrement sur la table dans des moutures différentes. Mais le coût important du projet et les expropriations pèsent dans la balance.

Après de nombreuses péripéties, un nouveau permis est accordé en 2009. Mais les travaux tardent à démarrer, le financement n’arrive pas … La ville fait pression sur le gouvernement. Elle adopte en mai 2010 une ordonnance de police qui interdit aux plus de 15 tonnes de traverser Couvin. Les camions doivent suivre une déviation d’une trentaine de kilomètres à travers plusieurs villages. Les voiries ne sont pas adaptées, la situation est dangereuse. La ville mettre un terme à son interdiction en 2011 quand les travaux du contournement débutent.

Six ans plus tard, le 17 octobre 2017, le premier tronçon est inauguré. Les quelques huit kilomètres restant du contournement doivent s’achever mi-2019. Le budget global des travaux, expropriations comprises, est estimé à 176 millions d'euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK