Cold Blood, quand la magie s'invite au Théâtre de Namur

Cold Blood
Cold Blood - © Théâtre de Namur

C’est la magie qui domine la grande scène du Théâtre de Namur, avec Cold Blood. La patte de la chorégraphe Michèle Anne De Mey, conduite par un raconteur d’histoires hors pairs, en la personne de Jaco Van Dormael. Cold Blood s’inscrit dans la lignée du premier volet, Kiss & Cry, mais le monde miniature s’est étendu, les décors ont pris de l’ampleur, la dextérité des petits doigts des comédiens s’est encore déliée, bref tout est plus grand, plus dense, plus magique et le public , touché a fait une ovation à ce que Jaco appelle un collectif, parce qu’il s’agit avant tout d’un travail d’équipe. Ensemble on part de rien, pas de scenario, pas de storyboard :

"On se rassemblent autour d'une table, on a une caméra, des jouets, de la gélatine, des objets, puis on cherche pendant des mois. Chacun amène des idées et à un moment donné les choses se révèlent, comme une photo dans un révélateur. Quelque chose d'inattendu nous arrive et moi je fais des choses que je n'aurais jamais faites; et je pense que pour les autres c'est la même chose. Je viens du théâtre au départ, et au cinéma j'essayais toujours de faire que l'histoire avance. 

Ce que j'ai appris ici c'est une espèce de résonance entre des choses qui ne sont pas dans l'histoire, mais qui répondent à l'histoire. Puis aussi parce que c'est un exercice d'arte povera. On ne fait sur scène que ce que l'on peut faire sur la scène, c'est-à-dire qu'on fait un long métrage éphémère, qui n'existe que dans la mémoire des gens qui l'ont vu. Rien n'est enregistré à l'avance et rien n'est enregistré du tout, et cette chose implique que l'on doit pouvoir faire un long métrage, sur une surface qui n'est pas plus grande que la table de la cuisine. Ca oblige à penser avec un minimum de moyens. On éclaire parfois avec deux petites leds au bout des doigts. Ce sont des outils qui n'existaient pas il y a dix ans, et qui permettent de faire des choses très minimalistes."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK