Centrale nucléaire de Chooz, un rapport pointe des erreurs humaines

Centrale nucléaire de Chooz, un rapport pointe des erreurs humaines
Centrale nucléaire de Chooz, un rapport pointe des erreurs humaines - © FRANCOIS LO PRESTI - AFP

"Sur le plan de la sûreté nucléaire, l’année 2017 a été marquée par de nombreux aléas lors des arrêts des réacteurs, qui ont engendré un nombre important d’événements significatifs relatifs au non-respect des règles générales d’exploitation. Ces événements reflètent de nouveau un manque de rigueur dans les comportements et la formalisation des pratiques ainsi que la fragilité des ressources disponibles pour la conduite des installations." Le rapport de l'ASN, l'Autorité de sûreté nucléaire français épingle la Centrale nucléaire de Chooz en matière de sécurité, notant des performances en matière de sûreté nucléaire en retrait.

Quels "événements significatifs"?

Les événements pointés par le rapport sont avant tout des "erreurs humaines" qui s'expliquent en partie par les longues périodes d'arrêts des réacteurs en 2017, explique Jean-Michel Ferrat, le responsable de l'ASN de Châlon. "Des périodes particulièrement propices aux incidents car il y a beaucoup d'interventions sur le matériel, ce qui, ne constitue pas une excuse".

L'année 2017 a été particulière pour la Centrale de Chooz, les réacteurs ont été longtemps à l'arrêt. Des arrêts programmés pour recharger la centrale en combustible et des opérations de maintenance. 2000 personnes supplémentaires sont intervenues dans la centrale.

Tirer les leçons et s'améliorer

La direction de Chooz partage le constat de l'ASN sur le nombre élevé d'erreurs humaines commises, mais tempère très largement les conséquences sur la sécurité. "Il n'y a pas de problème de sécurité. Ces événements n'ont pas eu de conséquences sur la sécurité de la centrale" précise Laurent Berthier, le directeur de la centrale de Chooz. Il annonce que 100 millions d'euros ont été investis en 2017 pour améliorer la sécurité, et que des formations et simulations ont été mises en place pour "tirer les leçons et s'améliorer". Laurent Berthier invite toutes les personnes qui ont des doutes sur la sécurité de la centrale à lui envoyer leurs questions et à venir visiter les installations.

Du côté du fédéral, le député Ecolo Geoges Gilkinet a interpellé le ministre de l'intérieur Jan Jambon sur ce rapport de l'ASN. Il demande que le gouvernement belge fasse pression sur le gouvernement français pour améliorer la sécurité à la centrale nucléaire de Chooz.

Au niveau local, les bourgmestres contactés à l'image de Marc Lejeune, le bourgmestre de Beauraing, se disent vigilants mais pas inquiets. Le bourgmestre accompagné du collège communal, a visité la Centrale et "a obtenu toutes les réponses à ses questions".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK