Bientôt un puits à Floreffe pour se passer de l'eau de distribution pour les arrosages publics

Le bourgmestre Albert Mabille compare l'état du terrain de football de Floreffe après la foire du vin à l'état actuel du terrain
Le bourgmestre Albert Mabille compare l'état du terrain de football de Floreffe après la foire du vin à l'état actuel du terrain - © RTBF - Anaïs Stas

La commune de Floreffe a reçu son permis d’urbanisme qui l’autorise à creuser un puits pour capter l’eau d’une nappe phréatique près de son terrain de football. Le bourgmestre Albert Mabille observe l’endroit où sera creusé le puits, juste à côté du terrain de football, à une vingtaine de mètres de la Sambre. "Ce puits servira à arroser le terrain de football, les futurs terrains de tennis. Il va bientôt y avoir une salle de tennis de table, on pourrait peut-être raccorder les sanitaires. Il y a aussi l’arrosage de toutes les fleurs communales".

L’idée de creuser ce puits a germé l’année passée. "Le salon du vin a laissé le terrain de football de Floreffe dans un triste état. Il a fallu retravailler le terrain, drainer, réensemencer et évidemment arroser. Rien que pour la partie à réparer, on a utilisé environ 500m³ d'eau de distribution, donc de l’eau potable qui a été traitée. Pour ce genre d’usage, on doit pouvoir se passer d’eau potable".

Plus d’autonomie

Le coût des travaux pour creuser le puits est estimé entre 15 à 20.000 euros. "Ça ne sera pas immédiatement rentable, mais il faut réfléchir à plus long terme" détaille le bourgmestre. "Les épisodes de sécheresse sont de plus en plus nombreux et sévères. On veut être plus autonome et gérer de manière responsable une ressource aussi précieuse que l’eau potable".

Eviter l’eau de la Sambre

Le terrain de football de Floreffe jouxte la Sambre. Pourquoi ne pas simplement utiliser l’eau de la rivière ? "D’une part il y a les autorisations à obtenir et à renouveler, d’autre part, on ne veut pas prendre le risque de polluer nos sols. La qualité de l’eau de la Sambre s’améliore mais il y a une pollution historique. Les boues retiennent peut-être des polluants. On ne veut pas apprendre d’ici quelques années que nos sols sont pollués".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK