Antonio Lampecco s'en est allé, emportant le secret d'une mystérieuse alliance de la terre et du feu

Antonio Lampecco
2 images
Antonio Lampecco - © Christine Pinchart

Antonio Lampecco venait d'avoir 87 ans. Le secret de ses émaux rayonnera longtemps à travers le monde. En 2010 il m'a raconté son histoire :

"J'ai quitté le soleil d'Italie pour Rebecq, un jour de l'hiver 1949. Surpris par le brouillard et l'humidité, je vais retrouver le plaisir dans l'exercice de mon métier, la céramique."

Rencontre avec Antonio Lampecco, un céramiste unique.

J'ai eu de la chance!

Comme étranger, je n'avais pas le choix, c'était la mine ou la carrière. Je n'avais pas fait d'études, mais j'avais déjà quelques années d'expérience comme céramiste en Italie et n'avais pas envie de casser des cailloux. A Rebecq il y avait deux poteries, mais sans permis de travail, j'avais déjà essuyé un refus. J'ai été finalement engagé par deux associés ; je parlais peu le français, je préparais la terre et petit à petit j'ai réalisé des modelages comme je l'avais appris en Italie. Voilà comment je suis devenu potier en Belgique.

Rencontre d'artistes

Avant de quitter Rebecq, j'ai croisé un groupe de jeunes artistes issus de La Cambre, qui ouvraient un atelier à Dour; Roger Somville décorait les plateaux que je tournais. Mais c'était des communistes enragés, et je ne voulais pas faire de politique et risquer de me faire expulser.

L'arrivée à Maredsous

J'ai rencontré le père Ambroise en 1952 à l'Abbaye de Maredsous. Il était directeur des ateliers d'art, on a beaucoup parlé, en italien parfois. Beaucoup pratiquaient la langue car ils avaient appris leur métier à Rome. J'ai été engagé, ensuite j'ai dirigé l'atelier de céramique. Puis vinrent les débuts de la commercialisation du fromage, dans les années 58, 59. Le père Thomas me demande de créer des cloches à fromage, des cruches et des chopes. Ca me fait plaisir de voir que la chope n'a pas changé, elle était identique à celle que l'on vend aujourd'hui. Quelque chose de beau et de simple ne vieillit pas.

Du temps libre pour le développement privé

La céramique c'est une passion et pour une passion on ne compte pas, il faut donner le meilleur de soi-même . Après ma journée à l'Abbaye, on m'a donné la possibilité de développer mon propre travail. Avec beaucoup de patience, de recherche, sans croire aux miracles, on a parfois d'heureuses surprises. La céramique c'est une histoire d'amour; quand j'ouvre un four et que je constate que toutes les pièces sont fendues, il faut aimer pour avoir le courage de recommencer encore plus tôt le lendemain. Et puis j'ai eu la chance d'être épaulé par ma femme, Chiara, qui  accepte toutes mes faiblesses.

La céramique c'est une aventure permanente

J'ai 60 ans de métier et chaque fois que je trouve quelque chose de neuf, je suis comme un bambino. Devant le four, je suis un enfant qui attend Saint-Nicolas, j'appelle ma femme, mes enfants, mes petits enfants pour partager. Un bon repas que l'on mange seul n'a pas la même saveur.

Il ne faut jamais se dire que l'on est au sommet. Quelqu'un qui n'aurait plus rien à découvrir c'est quelqu'un qui commence à mourir un peu. Parfois je suis émerveillé, les regards et les signes de sympathie me font chaud au coeur, et je ne boude pas ce plaisir. Mais un artisan ne doit jamais mettre son portefeuille à la place du coeur. Donner sans compter et perdre plutôt que voler les autres, on en ressort grandi.

Aujourd'hui c'est une entreprise familiale

Ce n'était pas écrit, j'ai laissé faire les choses et mes fils sont venus à la céramique après leurs études. Ils connaissaient les difficultés d'être le fils du père, il y a des avantages et des inconvénients. Ils me demandent un conseil de temps en temps, toujours au point de vue technique, je n'interviens jamais côté coeur. Je suis très respectueux du travail de ma femme Chiara, et de mes fils, Marco et Thierry, chacun sa liberté; on m'a trop imposé de choses, j'ai trop souffert de la critique d'architectes, de critiques d'art, d'universitaires pour briser la spontanéité de mes proches.

Christine Pinchart 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK