L'obésité infantile, fléau des pays industrialisés: "Il ne faut pas culpabiliser les jeunes en surpoids"

Le Docteur Sevrin, spécialiste de l'obésité infantile
Le Docteur Sevrin, spécialiste de l'obésité infantile - © Tous droits réservés

L'Organisation Mondiale de la Santé, l'OMS, tire la sonnette d'alarme; il y a de plus en plus d'enfants et d'adolescents en surpoids pondéral extrême. 10 fois plus qu'il y a 40 ans, soit 124 millions de par le monde. Et ces chiffres inquiètent les professionnels de la santé chez nous.

Le Docteur Violaine Sevrin est pédiatre spécialisée dans le surpoids. Elle reçoit au CHU-UCL Namur, plus connu sous le nom de clinique Sainte-Elisabeth. Les chiffres de l'OMS ne l'étonnent pas vraiment même s'ils sont inquiétants. Elle attribue cette augmentation à la sédentarisation accrue des jeunes plus attirés aujourd'hui par les écrans de toutes sortes que par les activités de plein air. Et puis l'accès à une alimentation industrialisée plus sucrée et grasse n'arrange rien d'autant qu'une alimentation saine est souvent plus chère.

Mais il ne faut certainement pas culpabiliser les jeunes en excès de poids. Le Docteur Violaine Sevrin utilise plutôt l'explication et la conscientisation. Et puis, elle tente de positiver la situation. Les enfants et les jeunes adolescents doivent encore grandir et l'objectif qu'elle propose est de garder le poids initial durant le reste de la croissance afin de se rapprocher de la courbe idéale. Un effort moins difficile que de perdre du poids selon elle.

Mais faut-il encore que les jeunes consultent. La prise de conscience est parfois lente, voire inexistante. C'est malheureusement trop souvent à cause du regard et des remarques méchantes des autres que les enfants en parlent à leurs parents qui, parfois, cherchent des solutions. La clinique de l'obésité infantile du CHU-UCL-Namur, comme beaucoup d'autres centres du même type, est un cadre idéal pour aider les enfants en surpoids à retrouver une ligne de santé au niveau médical mais aussi pour retrouver le moral.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK