Wellin: les chapeaux wallons à la conquête de l'Amérique

La chapellerie Herman de Wellin, entreprise belge et familiale depuis 1874 est devenue en 2013 Herman Headwear. La société, déjà bien ancrée en Europe depuis de nombreuses années, vient d'ouvrir son premier showroom au cœur de Manhattan à New-York, avec la claire intention de conquérir l'Amérique.  Presque aussi vieille que la Belgique, l'entreprise a su évoluer et s'adapter pour séduire le plus grand nombre.  Elle se lance désormais dans la conquête de l'Ouest.

Une entreprise familiale en évolution

Du classique au plus moderne, du plus ancien à la toute dernière collection, cette histoire est celle d'une famille qui fabrique des chapeaux depuis cinq générations.  C'est l'histoire d'un chapelier un peu fou qui voulait vendre ses chapeaux du cercle polaire au sud de l'Italie.  Alexandre Herman, directeur général "Herman Headwear" raconte l'histoire de son entreprise: "Notre entreprise fête cette année ses 142 ans. Nous avons été fondés en 1874 par le grand-père de mon grand-père, Justin, qui lui-même habitait déjà Wellin et depuis lors, la société est toujours restée à Wellin."

Depuis sa création, l'entreprise n'a jamais cessé d'évoluer.  En 1985, (voir vidéo), nous avons eu l'occasion de visiter les ateliers.  A l'époque, les Herman fabriquaient leurs casquettes à Wellin.  Depuis, les choses ont changé.  En fait, le siège central de Wellin ne sert plus qu'à stocker et expédier les chapeaux qui viennent désormais du monde entier: l'Italie pour les casquettes, l'Equateur pour les panamas, l'Australie pour les chapeaux de cowboys, la Chine et même la Mongolie.  Frédéric  Toussaint, le directeur commercial explique: "Aujourd'hui, nous travaillons principalement avec des marchés européens, l'Italie, la Pologne, là où il y a vraiment un savoir-faire.  Malheureusement, il y a aussi le coût du travail qui fait que la Belgique, aujourd'hui, n'est pas le pays le plus intéressant."

Mais la globalisation ne s'arrête pas là, encore faut-il vendre ces chapeaux.  Et impossible de survivre à l'échelle de la petite Belgique. Herman Headwear, c'est un million de couvre chefs vendus dans toute l'Europe chaque année, c'est 1.500 points de vente, et à chaque public ses préférences.  Chapeaux de paille à la Côte d'Azur, bonnet branché dans les stations de ski alpin ou encore chapeaux chic et haut de gamme dans les grandes capitales comme Paris ou Londres.

La conquête de l'Amérique

Aujourd'hui, l'entreprise se lance dans son plus grand défi, conquérir l'Amérique.  Et elle vient d'investir dans un nouveau showroom à Manhattan et d'engager neuf employés, avec pour seul objectif, séduire cet énorme marché, comme l'explique Alexandre Herman: "Sur l'Amérique du Nord, il y a des saisons qui sont beaucoup plus tranchées et ça reste quand-même pour nous un juge de paix, la météo est importante, du froid en hiver, du chaud en été, ce qu'il y a sur les Etats-Unis.  Et d'autre part, le marché est très mature en ce qui concerne le chapeau, un petit moins en ce qui concerne la casquette.  Et donc, une petite marque européenne, jeune, dynamique, avec des produits sympas, ça va marcher."

Un risque financier jamais pris en 142 ans d'histoire.  Pour grandir encore et espérer durer pour les 142 prochaines années.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30