Pour ramener le calme, les bandes de motards sont désormais interdites à Oupeye

Parmi les groupes de motards interdits à Oupeye : les Mongols MC (Motor Club) et les Hells Angels.
Parmi les groupes de motards interdits à Oupeye : les Mongols MC (Motor Club) et les Hells Angels. - © Tous droits réservés.

Le décès de Jeff Nyssens après une bagarre entre motards samedi soir à Haccourt (Oupeye, Liège) ne secoue pas seulement le monde des motards. Alors que l'enquête suit son cours pour déterminer les causes et les personnes responsables des coups de couteau, les autorités politiques de la commune d'Oupeye ont décidé de prendre des mesures de sécurité exceptionnelles pour la localité, réputée plutôt calme. Jusqu'au 29 janvier 2016, les bandes de motards réputées "criminelles" seront interdites sur le territoire oupeyen, et les clubs locaux devront mettre leurs activités entre parenthèses.

Serge Fillot, bourgmestre ff de la commune d'Oupeye, insiste sur un point: les clubs de motards locaux n'ont aucune implication directe dans cette affaire.

"Je n'incrimine vraiment pas les clubs locaux et ils comprennent très bien la situation. J'ai trouvé une oreille attentive de leur côté. C'est arrivé chez eux, devant leurs locaux, cela ne les enchante pas."

"En plus, c'est un très petit monde, relativement fermé. Certains se connaissent plus ou moins bien, c'est pour cela que je veux éviter les points de contact et les frictions, pour éviter que les gens puissent se croiser", poursuit le bourgmestre. Une chose reste certaine, selon lui: le décès de Jeff Nyssens concerne une affaire "intra-intra-motards".

Parmi les groupes qui sont interdits sur le territoire d'Oupeye, les deux bandes qui nourrissent le plus les rumeurs de cette affaire sont les Mongols MC (Motor Club) et les Hells Angels, dont la victime faisait partie. Selon plusieurs sources journalistiques, ce dernier groupe pourrait agir en représailles. C'est ainsi que le bourgmestre justifie les deux points de son ordonnance. "Ce sont des mesures exceptionnelles pour une situation qui l'est tout autant, en espérant que cela permettra de prendre le recul nécessaire à l'avancement de l'enquête."

Serge Fillot a par ailleurs confirmé qu'une seconde personne avait été mise sous les verrous dans le cadre de l'enquête. D'après le journal l'Avenir, un troisième individu a également été arrêté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK