Peste porcine africaine : l'interdiction de circulation dans les bois est prolongée jusqu'au 15 mai

Peste porcine africaine : l'interdiction de circulation dans les bois est prolongée jusqu'au 15 mai
Peste porcine africaine : l'interdiction de circulation dans les bois est prolongée jusqu'au 15 mai - © GREGOR FISCHER - AFP

La ministre wallonne en charge de la Forêt, Céline Tellier (Ecolo) a prolongé jusqu’au 15 mai 2020 l’interdiction de circulation dans les bois et forêts à l’intérieur des limites de la zone infectée par la Peste porcine africaine. Cette mesure reste indispensable alors que les opérations de chasse et de collecte de cadavres de sangliers se poursuivent dans le but de retrouver une zone indemne au plus vite, a-t-elle précisé. "Les dérogations ont toutefois été élargies, notamment pour faciliter certains travaux forestiers dans la zone", a ajouté la ministre.

831 sangliers testés positifs

Depuis le début de l’épidémie à l’automne 2018, 4622 sangliers ont été analysés ou sont en cours d’analyse. Sur ce nombre, 831 cas se sont avérés positifs. "A la suite des rapports du comité stratégique Peste porcine africaine, j’ai souhaité maintenir l’interdiction de circulation en forêt dans la zone infectée car le virus y est toujours présent. Il est impératif de viser la dépopulation totale des sangliers d’ici mars 2020 dans la zone infectée et autour de celle-ci", a expliqué Céline Tellier. Toutefois, les dérogations ont été élargies, notamment pour l’inventaire et le marquage des peuplements forestiers. "Cette mesure est destinée à préparer les ventes de bois si toutefois l’évolution du virus le permet", a poursuivi la ministre. Une évaluation de la situation sera réalisée à la mi-mai. Une autre dérogation concerne la réalisation de plantations à certaines conditions, dont celles que les plants aient été achetés ou commandés avant la date d’intégration de la propriété à la zone infectée et que les plantations soient réalisées avec le moins d’intervention possible. Par ailleurs, sont maintenues, moyennant autorisation du chef de cantonnement, les dérogations liées à l’exploitation des peuplements d’épicéas scolytés, à l’intervention des services de secours, à l’accès aux résidences secondaires en zone infectée ainsi qu’à l’accès des propriétaires à leurs terrains utilisés à des fins agricoles ou piscicoles enclavés dans les bois et forêts de zone infectée. Pour veiller à ce que ces mesures soient appliquées sur le terrain et assurer une bonne communication avec les communes concernées, une rencontre entre la ministre, la Province de Luxembourg et les communes en zone PPA aura lieu en février prochain à Arlon.