Municipales en France : Verneuil-Grand, ce village français dirigé par des Belges

C’est un petit coin de France où les Belges ont pris le pouvoir. A Verneuil-Grand, un village de 200 âmes niché le long de la frontière (pas très loin de Virton), le conseil municipal est majoritairement noir-jaune-rouge. Sur onze conseillers, six sont de nationalité belge. Une particularité locale qui dure depuis 2001 et qui se prolongera probablement lors de la prochaine mandature.

Christophe Maertens fait partie de ces Belges qui ont choisi de s’investir dans leur commune d’adoption. C’était il y a 19 ans. Il venait alors tout juste d’emménager à Verneuil-Grand pour des raisons professionnelles. "Le maire sortant est venu me chercher pour me demander de figurer sur une liste franco-belge, explique-t-il. Et à la surprise générale, j’ai été élu dès le premier tour comme cinq autres Belges. C’était vraiment surprenant parce que nous n’étions là que depuis 9 mois et personne ne nous connaissait dans le village. Les gens ont probablement voté pour nous parce qu’ils n’avaient rien à nous reprocher…"

Le Belge, ingénieur de profession, prend très à cœur son travail de conseiller. Sa mission : assurer le suivi de la gestion de la forêt municipale et répartir les lots de bois. Quelques jours de travail par an au service de la communauté qui ont permis à Christophe de s’intégrer. "Ça a été une manière de rencontrer les gens et de trouver notre place dans le village."

"Ça amenait du sang neuf"

C’est le maire Daniel Dieu qui a fait en sorte que les Belges de Verneuil-Grand soient surreprésentés au conseil municipal (sur 200 habitants, 70 sont de nationalité belge). "En 2001, il y avait des listes sortantes en majorité françaises avec une politique limitée, explique-t-il. Pour ces listes, il n’était pas question que les Belges viennent gouverner notre village. Moi ça ne me plaisait pas. Donc j’ai toujours monté ma liste avec une grande majorité de Belges. Ça amenait du sang nouveau, du renouveau au niveau du village…"

Ces Belges sont cependant condamnés à rester conseillers communaux. Pour ceindre l’écharpe mayorale ou devenir adjoint, il faut la nationalité française. Une loi que le maire de Verneuil-Grand aimerait bien voir modifiée. "Il faudrait au moins que les ressortissants belges et européens puissent devenir adjoint. J’ai insisté auprès de sénateurs et de députés pour faire changer la loi. Mais je n’ai pas eu de réponse", sourit-il.

Les Belges de Verneuil-Grand n’entendent de toute façon pas contester la place du maire. Dans ce village, avec une seule liste, la campagne des municipales 2020 se passe discrètement sans affiche ni pancarte.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK