Marche-en-Famenne: un comptoir forestier pour préserver le patrimoine naturel wallon

Marche-en-Famenne: un comptoir forestier pour préserver le patrimoine naturel wallon
Marche-en-Famenne: un comptoir forestier pour préserver le patrimoine naturel wallon - © RTBF

Une mine d'or vert bien gardée dans un écrin de bois et de verre.  Un lieu étonnant où on y conserve des centaines de milliers de graines de différentes espèces locales.  Il s'agit d'un comptoir forestier à Marche-en-Famenne qui permet de préserver durablement le patrimoine naturel wallon.  Nous sommes allés le découvrir.

Posées sur un tamis, des graines d'érables sont en train d'être séparées de leur enveloppe.  Mais auparavant, il faut les égrapper une à une.  C'est un travail plutôt fastidieux, explique Alain Servais, responsable du "comptoir forestier": "Elles sont attachées deux par deux et pour les traiter, nous devons les enlever du rachis et les séparer."

Dans ce comptoir des graines, on travaille une trentaine d'espèces d'arbres ainsi qu'une dizaine d'arbustes.  "L'intérêt d'avoir des graines, c'est de garder la main mise sur le patrimoine génétique, et de mettre à la disposition de nos pépiniéristes les meilleures origines génétiques possibles et qui seront bien adaptées à nos conditions de sol et de climat.", explique Alain Servais.

Les graines sont conservées dans une pièce à -7 degrés.  "Certaines espèces, comme l'épicéa, peuvent se garder pratiquement 20 ans sans perdre trop de pouvoir germinatif.  Ce sont des graines qu'on appelle dites "orthodoxes" parce qu'elles peuvent survivre longtemps lorsqu'on les congèle.", explique Alain Servais.  "Après 20 ans, on peut encore les vendre.  On a encore des épicéas de 1995."

En 20 ans, le comptoir forestier a permis la commercialisation de 55 tonnes de graines, soit l'équivalent de 50.000 hectares de nos forêts wallonnes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK