Les postes médicaux de garde du Luxembourg tirent la sonnette d'alarme

Les postes médicaux de garde Luxembourg-Dinant demandent les financements nécessaires à l'ouverture d'une garde en semaine.
Les postes médicaux de garde Luxembourg-Dinant demandent les financements nécessaires à l'ouverture d'une garde en semaine. - © Imageglobe

Les postes médicaux de garde Luxembourg-Dinant demandent les financements nécessaires à l'ouverture d'une garde en semaine. Objectif : renforcer l'attractivité de la profession en zone rurale en diminuant la récurrence des gardes. "Nous avons besoin d'un réponse urgente", martèlent-ils.

Dès le 16 juillet, cinq des sept postes médicaux que compte la province de Luxembourg et l'arrondissement de Dinant, à savoir Bastogne, Libramont, Marche, Bièvre et Dinant, assureront des gardes nocturnes en semaine, le dispositif passant à 3 postes de garde après 23h00.

Les responsables de l'association des postes médicaux de garde Luxembourg-Dinant l'ont annoncé jeudi lors d'une conférence de presse. "On ne peut plus attendre", a souligné Christian Guyot, président de l'asbl. Les postes médicaux déplorent un cercle vicieux mêlant pénurie de médecins, lourdeur de la récurrence des gardes et manque d'attractivité de la profession dans la région. "Nous avons introduit une demande de financement auprès de l'autorité fédérale dès février 2016 pour ouvrir les gardes en semaine. Malgré l'annonce d'un projet pilote début 2017, nous n'avons obtenu aucune réponse. Après deux ans, la problématique s'est amplifiée dans certaines zones, la plupart d'entre elles souffrant d'une pénurie de médecins si l'on se réfère à la définition du conseil fédéral des cercles."

Pour assurer les gardes le week-end, les postes médicaux disposent d'un budget dont seule une partie est utilisée. "Nous demandons l'autorisation de pouvoir utiliser l'intégralité de ce budget pour étendre les gardes à la semaine." S'ils espèrent toujours que la procédure aboutisse à l'échelon fédéral, les postes de gardes envisagent aussi un scénario allégé en fonction de financements alternatifs. "Nous avons besoin d'une réponse rapide."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK