Prisons: la grève se poursuit à Jamioulx, Marneffe et Marche-en-Famenne

L'intérieur de la prison de Marche-en-Famenne
L'intérieur de la prison de Marche-en-Famenne - © ANTHONY DEHEZ - BELGA

Les agents pénitentiaires grévistes de la prison de Marche-en-Famenne se sont prononcés ce lundi en faveur du maintien de la grève, a indiqué Pascal Longrée, délégué syndical CSC de l'établissement carcéral.

Le résultat du vote est tombé à l'issue d'une réunion "très houleuse", affirme le délégué syndical. "La direction veut nous faire travailler normalement, en insécurité, avec peu de personnel." Les syndicats demandent la pérennisation du protocole d'accord jusque la fin de la législature. Le délégué syndical de la CSC évoque une décision adoptée "pratiquement à l'unanimité".

La direction nuance cependant les résultats du vote de ce lundi. "On n'est pas vraiment certain du maintien de la grève", souligne le directeur de la prison de Marche-en-Famenne Frédéric de Thier. "La réunion avec les délégués syndicaux a tourné court. On ressent beaucoup de nervosité. Je n'ai pas eu l'impression que toutes les délégations syndicales étaient sur la même longueur d'onde."

Le protocole d'accord du ministre de la Justice porte le cadre de la prison de Marche à 213 agents. Une partie du personnel de la prison a d'ores et déjà repris le travail, avec une vingtaine d'agents par pause contre 38 en temps normal.

La grève se poursuit au centre pénitentiaire école de Marneffe

Réunis en assemblée, les agents du centre pénitentiaire école de Marneffe (province de Liège) ont décidé de poursuivre la grève, a indiqué un représentant syndical de l'établissement hesbignon.

Les agents pénitentiaires grévistes du centre pénitentiaire école (CPE) de Marneffe se sont prononcés en faveur de la poursuite du mouvement de grève, a indiqué le délégué CGSP Dominique Wauthier. "76% des votants se sont prononcés en ce sens", a-t-il précisé.

Le mouvement de grogne se poursuit à Jamioulx

La rencontre qui a eu lieu ce lundi matin entre les syndicats et le cabinet du ministre Geens n'a pas permis d'aboutir à un accord. Dans ces conditions, la grève se poursuit à la prison de Jamioulx, a-t-on appris de source syndicale.

La dernière assemblée générale avait mandaté, jeudi, ses délégués pour tenter d'obtenir une ultime modification au protocole, qui devait être présentée lundi à Bruxelles.

Les syndicats demandaient que la rationalisation prévue par le ministre n'intervienne qu'une fois les investissements en infrastructure effectués, et non pas avant, comme le prévoit ce protocole.

La réunion n'ayant pas abordé ce point, la grève se poursuit à la prison de Jamioulx. Le service y est toujours assuré par quelques agents pénitentiaires, des policiers et des militaires, indiquait lundi après-midi un délégué de la Centrale chrétienne des services publics.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK