La Gaume: là où la France est un peu plus proche qu'ailleurs

Des paysages vallonnés, des pierres jaunes, et l’inscription "mairie" au fronton des maisons communales... Nous sommes bien en Gaume. A Meix-devant-Virton par exemple c'est une marie qui accueille ses citoyens belges. Voilà une particularité locale surprenante.

A quelques kilomètres de là, à Virton, la maison communale s’appelle l’hôtel de ville, mais à l’intérieur, on nous indique le bureau du Maire. Celui-ci est absent, mais Etienne Chalon, échevin et bourgmestre faisant fonction nous explique qu’à Virton, c’est une originalité à laquelle on tient, qui rappelle les liens noués entre les Belges et les Français depuis très longtemps.

Les Gaumais se sont naturellement tournés vers la France

Ces particularités s'expliquent notamment par l’histoire. En 1848, lors de la révolution française, par les habitants de Virton ont hissé le drapeau rouge au-dessus du clocher de l’église. L'explication est aussi géographique. Coupés du reste du pays par la forêt, les gaumais se sont naturellement tournés vers la France raconte Georges Behin, le directeur de la Maison du tourisme de Gaume : "La forêt qui sépare l’Ardenne de la Gaume était un obstacle infranchissable il y a cent ans. L’autoroute a seulement été inaugurée ici il y a 25 ans… il y avait une difficulté pour aller vers le nord, alors que c’était très simple d’aller vers le Sud."

Torgny, la petite Provence

Avec ses tons ocres, ses toits de tuiles rouges, sa lavande devant les jolies maisons en pierre et son microclimat, Torgny est le village le plus méridional du pays. On l’appelle d’ailleurs la petite Provence. Mais à côté de ces paysages bucoliques, on croise aussi plusieurs cimetières français, qui nous rappellent la bataille des frontières. "Le fait que les français sont venus se faire tuer ici pour défendre leur territoire et aussi la Belgique, a créé des liens très particulier. Depuis un siècle, Virton est quasi la seule ville de Belgique où l’on joue la Marseillaise immédiatement après avoir joué la Brabançonne chaque fois que l’on joue notre hymne" explique Georges Behin.

Les liens économiques sont importants

Autre particularité de la région, son toutes boites transfrontalier, Proximag. 15 000 exemplaires sont distribués de chaque côté de la frontière, et on trouve dans ses pages des publicités pour les commerces français et belges. Une évidence ici où les liens économiques sont particulièrement importants nous explique Philippe Durand, le responsable d’édition Proximag Gaume - France. "Virton est au centre d’une zone de chalandise et comme il n’y a pas de très grands centres, il y a des échanges commerciaux entre les petites villes de manière régulière."

Les liens sont donc bien présents, mais les gaumais ne se sentent pas moins belges pour autant. Il n’y aura pas de feu d’artifice le 14 juillet, mais bien le 21 juillet, même si de nombreux gaumais rejoindront certainement leurs voisins français pour faire la fête !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir