L'ASBL AJ Beauplateau va mettre un terme à ses activités

L'AJ Beauplateau met fin à ses activités
L'AJ Beauplateau met fin à ses activités - © Google maps

C'est une information qui est parvenue à la RTBF et confirmée par la ministre Valérie Glatigny, l'asbl AJ Beauplateau, dans la commune de Sainte-Ode, va mettre un terme à ses activités d'ici à deux mois.

Quel avenir pour la trentaine de mineurs étrangers non accompagnés et le personnel ?

"Plusieurs pistes de travail sont actuellement à l'examen. Notre priorité est que les jeunes continuent à bénéficier d’un accueil et d’un encadrement optimal tout en préservant les droits des travailleurs. L’encadrement des jeunes continuera évidemment d’être assuré". Le cabinet de la ministre de l'aide à la jeunesse explique également que "La Fédération Wallonie-Bruxelles est, depuis plusieurs années, inquiète de la gestion comptable et administrative par l’ASBL. Des manquements qui remontent à la précédente législature".

Selon le cabinet, c'est néanmoins l’ASBL elle-même qui pris la décision de mettre un terme à ses activités. Contacté, l'administrateur conteste et déclare que "c'est la Fédération Wallonie-Bruxelles qui ne souhaite plus soutenir le projet financièrement".

Un lien avec une autre asbl ?

Pour rappel, la Fédération Wallonie-Bruxelles a porté plainte en 2018 contre L’ASBL "Domaine de Beauplateau", mise en liquidation en 2016 ainsi que contre son antenne bruxelloise "La Sonatine". L'existence de cette plainte a été rapportée en juillet dernier par le député wallon socialiste Mourad Sahli. Ce dernier révélant des suspicions de détournement de subventions publiques dans le chef de L’ASBL, au moins 3 millions d'euros. Selon le député, l'argent public aurait permis "la création de sociétés souvent gérées par les membres de la famille du directeur de l’époque". Celui-ci, qui n'est autre que l'administrateur de L’ASBL AJ Beauplateau, s'était fendu d'un communiqué pour dénoncer les propos diffamatoires du député avec l'intention de porter plainte. Ce qui n'a pas encore été fait à ce stade. Le cabinet de la ministre Glatigny rappelle qu'une enquête judiciaire est également en cours.

 

 

 

 


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK