L'aide aux migrants s'organise aussi dans le sud de la province de Luxembourg

Ce n'est pas le premier trajet que Moussa Souqay organise pour venir en aide aux réfugiés.
3 images
Ce n'est pas le premier trajet que Moussa Souqay organise pour venir en aide aux réfugiés. - © RTBF

Des habitants de la province de Luxembourg ont rejoint un collectif de citoyens wallons qui récoltent des vivres et des vêtements pour les plus démunis. Ce dimanche (14 janvier), un convoi prendra la direction de Calais. Objectif : apporter suffisamment de nourriture (de quoi tenir une semaine en fait) au camp de réfugiés.

A Virton, Moussa Souqay et sa compagne Dominique Verhaeren ont rejoint le mouvement. Ils poursuivent leur collecte cette semaine.

"On a déjà reçu des petits gâteaux au spéculoos, des gaufres, des paquets de pâtes… On veut pouvoir leur donner de la nourriture pour une semaine et, en même temps, leur offrir un petit déjeuner. Il y a aussi une grande collecte de pommes de terre (on a environ 2 tonnes), il y aura beaucoup de fromages, des couvertures… Tout cela sera redistribué à l’Auberge des migrants, qui est composée de quatre associations. Tous les jours, celles-ci préparent des repas chauds grâce aux dons qui viennent d’un peu partout : de Belgique, de France, de Hollande, d’Angleterre…"

"Ici, on a choisi d’intégrer le collectif citoyen wallon car les mouvements s’organisaient un peu partout (Bruxelles, Mons, Namur, Liège…) mais il manquait un peu le sud de la province de Luxembourg", poursuit Moussa. Raison pour laquelle ils ont voulu y participer.

Ce n’est pas la première fois qu’ils se mobilisent pour venir en aide aux migrants en détresse. Mais depuis deux ans, "je le faisais tout seul. Je préfère m’associer à un convoi complet."

En plus de Calais, Moussa s’est déjà rendu dans un autre camp de réfugiés en France, à Metz. "Ce centre est actuellement fermé mais tous les printemps, il accueille près de 700 personnes sous des tentes au milieu de la ville, avec des enfants. Sans aide, sans rien. On leur apporte donc des tentes, notamment. J’en ai d’ailleurs 50 qui sont prêtes pour le prochain printemps."

Pour le convoi de Calais, Moussa et le collectif cherchent encore des vivres non périssables : des boîtes de sardines, des gaufres préemballées, des petites bouteilles d'eau, de lait, des bonnets, des couvertures…

Notons que ces citoyens distribuent aussi vêtements et autres aux plus démunis de la région.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK