L'activité économique marque le pas un peu partout en Province de Luxembourg

L'activité économique marque le pas un peu partout en Luxembourg
L'activité économique marque le pas un peu partout en Luxembourg - © Christophe DREZE, Idelux

En Province de Luxembourg, l’économie tourne de plus en plus au ralenti ! Quelle que soit leur taille ou le secteur, de très nombreuses entreprises sont à l’arrêt même si depuis une semaine, le respect des mesures de protection est la règle un peu partout.

L’une des premières grandes entreprises à avoir arrêté sa production c’est la papeterie Burgo à Harnoncourt fin de la semaine dernière. Mais quelques dizaines des 600 travailleurs de Burgo assurent la maintenance et l’entretien du site. Toujours dans la région de Virton, Jindal, spécialisé dans les films plastics a dû fermer des lignes de production.

Chez l’Oréal à Libramont, la production se poursuit mais avec des horaires étalés pour respecter l’éloignement entre les travailleurs. Et puis l’Oréal s’est lancé à Libramont, dans la production de gel hydroalcoolique. Les premiers gels sont sortis de la chaîne, ce mardi (24 mars).

Tout le secteur de la construction est à l’arrêt

Il en va de même pour la plupart des ETA (Entreprises de Travail Adapté) et toutes entreprises de Titres-Services. Dans le secteur du bois, le fabricant de panneaux MDF, Spanolux (Groupe Unilin), à Vielsalm, arrête ce mercredi 25 mars. De nombreuses scieries arrêtent, au moins provisoirement, comme Fruytier à Marche-en-Famenne. En revanche IBV (Industrie du Bois à Vielsalm) réorganise son personnel, en fonction des absences mais entends continuer ses activités le plus longtemps possible.

Dans le secteur agroalimentaire, les entreprises s’adaptent pour respecter l’isolement des travailleurs mais continuent à produire. Ferrero à Arlon, Valvert à Etalle, Ardenne Volaille à Bertrix ou Ter Beke à Marche-en-Famenne, pour ne citer que ces exemples, poursuivent actuellement leurs activités.

Mais dans beaucoup d’entreprises, explique Franck Bailleux, secrétaire régional de la Centrale Générale FGTB, une certaine psychose gagne les travailleurs, particulièrement là où ils sont très nombreux ". Syndicats et directions s’entendent sur un respect strict des règles en vigueur mais la vérité d’un jour n’est pas nécessairement celle du lendemain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK