Horecatel à Marche: la black-box au coeur des discussions

La 50ème édition du salon de l'Horeca, Horecatel, a démarré sur les chapeaux de roue au Wex de Marche.
La 50ème édition du salon de l'Horeca, Horecatel, a démarré sur les chapeaux de roue au Wex de Marche. - © Horecatel

La 50ème édition du salon de l'Horeca, Horecatel, a démarré sur les chapeaux de roue au Wex de Marche.
On parle de 10 000 visiteurs pour la journée d'hier dimanche 6 mars.
Lors de l’inauguration, le Président d’Horeca Wallonie et Luxembourg, Thierry Neyens, a dénoncé les nouvelles mesures d’accompagnement de la fameuse caisse-enregistreuse, la “black-box. Tous les restaurateurs qui resteraient en dessous d’un chiffre d’affaires de 25 000 euros ne devraient pas s’y soumettre. Thierry Neyens dénonce cette nouvelle discrimination :

"Il y a un problème d'égalité devant l'impôt. Pourquoi ce seuil de 25 000 euros ? Certains vont s'organiser pour rester juste à la limite de cette somme. Il y a une nécessité d'y réfléchir et d'élargir le champ d'application. Il faut aussi revenir sur les mesures d'accompagnement, qui sont difficilement applicables. Quant aux heures supplémentaires des temps plein, défiscalisées, c'était un avantage pour le secteur. Elles seront irréalisables de manière pratique, puisqu'il faudra faire une démarche préalable. Qui pourra dire maintenant si le client viendra manger, restera jusqu'à 22 heures, ou minuit ?"

Le Secrétaire d’Etat Bart Tommelein a lui précisé que 3 000 établissements Horeca utilisent déjà le flexi-job et Willy Borsus préconise de poursuivre le dialogue pour voir quelles adaptations étaient nécessaires, mais qu’au final les conséquences seraient positives.
 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK