GP de F1: l'aérodrome de Spa fort sollicité pour rejoindre le circuit

L'avion de Magnussen et l'hélicoptère de la famille Palmer (Jonathan, ex pilote F1 et son fils Jolyon, actuel pilote Renault) sont parqués à l'aérodrome de Spa. Vue depuis la tour de contrôle.
6 images
L'avion de Magnussen et l'hélicoptère de la famille Palmer (Jonathan, ex pilote F1 et son fils Jolyon, actuel pilote Renault) sont parqués à l'aérodrome de Spa. Vue depuis la tour de contrôle. - © RTBF

Le Grand Prix de Belgique de Formule 1 a lieu ce week-end. Il commence même déjà ce vendredi avec les premiers essais libres.

Pour cette édition 2016, on s'attend à une très grosse affluence avec environ 80 000 spectateurs par jour dès ce vendredi. La sécurité et les contrôle seront particulièrement renforcés. Plus de 1000 policiers et militaires seront en effet présent. Quant à la circulation, elle risque d'être particulièrement compliquée ces trois jours-ci aux abords du circuit ardennais : tout un dispositif a été mis en place, avec de nombreuses déviations.

Des problèmes de circulation qui ne tracassent que le commun des mortels. Car c'est en avion que les pilotes, les ingénieurs des écuries de F1, et certains spectateurs ont rejoint le circuit ardennais ou comptent le faire dans les heures à venir. En atterrissant notamment au petit aérodrome de Spa, où l'activité est intense ces derniers jours.

"On peut espérer avoir quand même entre 100 et 200 mouvements par jour sur l’aérodrome, que ce soit des avions ou des hélicoptères qui amènent des gens, qui reprennent des gens, qui viennent voir le Grand Prix ou assister aux essais, explique Marc Joseph, inspecteur principal. Les avions et les hélicoptères viennent principalement des pays limitrophes. Nous n’accueillons pas de vols longue distance. Nous accueillons plutôt une aviation de tourisme et des petits avions d’affaire."

Y compris des pilotes? "Y compris des pilotes parfois. Nous avons encore eu l’occasion de recevoir les deux pilotes de Formule 1 Renault : Magnussen et Jolyon Palmer."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK