Comment se portent les forêts wallonnes ?

Forêt de Wellin: on surveille les chênes de près
Forêt de Wellin: on surveille les chênes de près - © Flickr-Claude

En Italie, une bactérie a provoqué l'abattage de milliers d'oliviers. Sur la Côté d'Azur, des palmiers sont dévorés par une larve. Des platanes de 150 ans sont également condamnés à cause d'un champignon, le long des canaux du midi.

Et chez nous, qu'en est-il ? Comment se porte la forêt wallonne ? Pas trop mal dans l'ensemble, même si certains chênes sont menacés. Ils font d'ailleurs l'objet d'une surveillance toute particulière, précise Marc Herman le coordinateur de l'Observatoire wallon de la santé forestière : 

"Ce qui est nouveau par rapport au phénomène de dépérissement qui est bien connu depuis la fin des années 70, c'est que l'on a des zones entières dans lesquelles tous les arbres montrent ce genre de dépérissement."

Caroline Vincke de l'UCL met en cause la fréquence des sécheresses printanières :

"Ce sont des essences qui ne sont pas accommodées à ce style de stress de façon aussi fréquente."

Heureusement les arbres touchés ne doivent pas nécessairement être abattus : 

"Il y a plein de branches mortes, mais certains refont un feuillage. Heureusement que l'on prend du temps avant de décider de couper."

Mais lorsqu'il s'agira de remplacer ces arbres, les gestionnaires forestiers pourraient privilégier d'autres essences, plus résistantes.

Pour les chênes en question, les insectes ne sont pas en cause. Mais par contre, une sorte de guêpe à galles a été observée pour la première fois en Belgique le mois dernier, dans le Limbourg. Parasite qui s’attaque aux châtaigniers.

Selon l’Observatoire wallon de la forêt, environ 2 500 hectares seraient concernés dans les contreforts du massif ardennais.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK