En appel, Brigitte Dorckens écope de 2750 euros d'amende dans l'affaire des plaines de jeux carolos

Il était reproché à Brigitte Dorckens d'avoir falsifié des bons de commande et d'en avoir fait un mauvais usage, d'avoir inscrit des stagiaires fictifs au sein des dix plaines de jeux administrées par la Ville de Charleroi, des escroqueries et une tentative de blanchiment.
Il était reproché à Brigitte Dorckens d'avoir falsifié des bons de commande et d'en avoir fait un mauvais usage, d'avoir inscrit des stagiaires fictifs au sein des dix plaines de jeux administrées par la Ville de Charleroi, des escroqueries et une tentative de blanchiment. - © Flickr

La cour d'appel du Hainaut a prononcé, mardi, une amende de 2.750 euros contre Brigitte Dorckens, l'ex-directrice des plaines de jeux de Charleroi qui avait bénéficié d'une simple déclaration de culpabilité devant le tribunal correctionnel de Charleroi, en novembre 2017. Le ministère public avait requis une peine de trois mois de prison avec sursis. A défaut d'exécution du paiement de l'amende, une peine d'un mois de prison sera prononcée.

Il était reproché à Brigitte Dorckens d'avoir falsifié des bons de commande et d'en avoir fait un mauvais usage, d'avoir inscrit des stagiaires fictifs au sein des dix plaines de jeux administrées par la Ville de Charleroi, des escroqueries et une tentative de blanchiment.

Pour le ministère public, cette proche de l'ancien bourgmestre socialiste Jacques Van Gompel a usé de magouilles au préjudice des enfants les plus défavorisés, à des fins personnelles. "Elle a maximalisé les profits et les autres ont suivi la musique car elle avait la mainmise sur les centres récréatifs aérés", avait commenté l'avocat général dans son réquisitoire.

Dans cette affaire, plusieurs prévenus avaient bénéficié de la suspension du prononcé de la condamnation devant la chambre du conseil. D'autres ont voulu défendre leur honneur et dénoncer des pratiques ancestrales utilisées par les anciennes autorités communales de la Ville de Charleroi. "Le premier juge avait retenu l'absence d'intérêt personnel d'agir de la sorte dans le chef de ma cliente", avait déclaré Me Donatangelo dans sa plaidoirie.

La cour a confirmé l'unité d'intention délictueuse retenue par le premier juge mais a réformé le jugement.

Suspendue par la Ville de Charleroi, Brigitte Dorckens a été réintégrée le 15 janvier dernier. Elle est concierge dans une plaine de jeux. Elle avait été détenue préventivement du 31 août au 9 septembre 2010.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK