Durbuy: une pétition en ligne contre le projet de Marc Coucke

Une pétition en ligne, contre le projet de Marc Coucke
Une pétition en ligne, contre le projet de Marc Coucke - © Philippe Herman

Marc Coucke est venu à Durbuy le vendredi 24 juin, présenter son grand projet de parc aventure et récréatif. Au départ des deux parcs existants de Durbuy Aventure et de la Petite Merveille, il va développer un nouveau parc récréatif de 300 ha où l'accent sera mis sur la nature et l'authenticité de la région. 50 000 000 d'euros vont être investis pour en faire le plus important parc aventure du pays avec des attractions couvertes pour accueillir le public en toutes saisons :

"Le fait qu'on le fait ici, c'est que le lieu est unique. C'est ce que les gens cherchent, un week-end à l'aise, dans la nature, et tout le monde sera content à Durbuy. Un week-end à Durbuy doit être trop court. On a une idée, une vision, faut voir ce qu'on peut acheter, et pas acheter. C'est très concentré avec un investissement supplémentaire dans la vieille ville, c'est bien pour tout le monde."

Le nouveau parc portera le nom de "La Petite Merveille", du nom du parc créé par le papa de l'associé de Marc Coucke, Baert Marten en 1964 :

"Je suis un peu ému, c'est le nom que mon papa a choisi pour la société, en 1964. C'est moins commercial que Durbuy Aventure, c'est moi qui gère l'endroit, on a déjà engagé quinze personnes, de la région aussi, que je connaissais déjà avant."

Mais Marc Coucke veut développer aussi le tourisme d'affaires et investit dans le centre de Durbuy, où il rachète l'hôtel restaurant Jean de Bohême. Il veut créer un musée d'art moderne et à terme envisage de transporter les visiteurs de son parc, vers le quartier historique via un téléphérique. D'ici à 2020, ce sont entre 100 et 200 nouveaux emplois qui devraient être créées dans la région.

Néanmoins tout le monde n'applaudit pas à l'arrivée de Marc Coucke à Durbuy, et une pétition en ligne contre ses projets, a déjà réuni plus de 1 200 signatures. Et deux collectifs se  mobilisent. Bernard Adam pour le Pays de Durbuy et Jean Fassotte pour SOS Durbuy :

"Ce n'est pas possible au niveau démocratique, et au niveau environnement. On n'a rien demandé au citoyen, pas d'études préalables, et c'est un tourisme de masse, destructeur de l'environnement. Tous les voyants sont au rouge et tout cela nuit à la planète. Il faut arrêter de croire que l'on pourra toujours faire plus, et ne jamais arrêter la destruction de la planète."

Le Bourgmestre de Durbuy Philippe Bontemps relativise craintes et oppositions et nous confie son enthousiame :

"Pour moi c'est une nouvelle aventure qui commence pour la commune, et le parc va rayonner sur Durbuy mais également sur les communes voisines."

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK