Des détenus de la prison de Marche participent à la sauvegarde de la biodiversité

Des détenus de la prison de Marche participent à la sauvegarde de la biodiversité.
Des détenus de la prison de Marche participent à la sauvegarde de la biodiversité. - © Anne Lemaire

Depuis son ouverture en 2013, la prison de Marche se distingue non-seulement par sa modernité et son régime semi-ouvert, mais aussi par les multiples activités qu’elle organise pour ses quelques 300 détenus. Exemple : l’établissement pénitentiaire propose à une dizaine d’entre-eux de suivre une formation qualifiante en apiculture.

Depuis trois ans maintenant, trois ruches sont installées à l’intérieur du pénitencier de Marche. Les détenus nous expliquent les bienfaits de cette activité :

"En cellule on se morfond, on a des mauvaises pensées, ici on se change les idées et on apprend énormément. Ca nous permet de nous évader un peu et de faire ce qu'on aime. Etre au contact de la nature c'est bien. J'envisage même d'ouvrir quelques ruches chez moi, plus tard."

Ce projet est soutenu par la ville de Marche et la Wallonie. Le Ministre wallon René Collin a d'ailleurs visité ce rucher vendredi et a rappelé que cette activité n'était pas qu'un passe-temps, mais qu'il y a une volonté d'en faire une formation qualifiante dans le cadre d'un projet de réinsertion :

"C'est un travail de groupe qui vise à la cohésion sociale, et à la prise de responsabilités par rapport à la biodiversité, c'est très concret et on voit que c'est très apprécié. Je voudrais que cette formation puisse être reconnue au niveau wallon."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir