De nouveaux projets pour la laine de mouton wallonne

La laine de nos moutons est généralement exportée en Chine, à des prix très bas. Il est difficile de valoriser le produit au niveau local. Néanmoins quelques créatrices ont décidé de relever le défi. Elles s’associent dans le projet "Ell’laine". Un projet de développement au départ d’une bergerie de Nassogne. 600 kilos de laine se trouvent pour l’instant en Allemagne afin d’être transformés en feutre. Ces pièces compactes et moelleuses vont ensuite revenir chez nous pour faire des chaussons, des tapis ou des luminaires.

Ygaëlle Dupriez coordinatrice de la "filière laine" en Wallonie trouve l’initiative importante, même si cela représente moins d’1 % de la laine wallonne :

"En terme de quantité c'est un détail, en terme de symbolique je pense que c'est important d'associer un éleveur à l'ensemble du procédé, et montrer que l'on peut faire des produits qui sont beaux, durables, utiles, et fabriqués localement. Symboliquement c'est important comme initiative."

Il reste que la laine n'est pas valorisée localement, pour quelle raison ?

"Presque toutes les entreprises du secteur textile ont délocalisé en Asie, donc cela devient très compliqué de créer des produits et des filières de transformation. Bien sûr il y a encore un petit bémol à ajouter, c'est qu'une partie des laines que nous produisons ne sont pas adaptées aux transformations textiles. Elles le sont pour d'autres choses mais pas pour faire des vêtements. Donc les entreprises restantes en Belgique ou en Europe, ne pourraient pas utiliser la laine locale."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK