Arlon : le CPAS s'est adapté au confinement mais craint une crise sociale

Le président du CPAS d'Arlon et plusieurs conseillers CPAS.
Le président du CPAS d'Arlon et plusieurs conseillers CPAS. - © Anne Lemaire

Pendant le confinement, les CPAS et leurs différents services sociaux se sont adaptés aux besoins du moment. On pense bien sûr aux maisons de repos dont certaines sont gérées par les CPAS.

A Arlon, par exemple, la Résidence de la Knippchen est le premier service du CPAS à avoir modifié sa façon de fonctionner.  L'équipe a été renforcée par l’équivalent de 12 temps plein et par l'appui de collègues d'autres services.

Il y a eu une solidarité entre nos agents du CPAS au profit de la maison de repos, c’est admirable ", souligne Alain Deworme, président du CPAS d'Arlon.  Une maison de repos où aucun résident n'a été positif au covid-19.

Au Pré-en-Bulles, aussi, il a fallu s’adapter au confinement. Cette maison héberge des enfants de 3 à 18 ans. Une institution agréée par l'aide à la jeunesse, qui accueille des enfants dont les parents connaissent des difficultés.  Neuf enfants sont restés en confinement. Les éducateurs ont assuré le lien avec la famille grâce à l’installation de Messenger, ce qui a aussi  demandé une nouvelle organisation. Les horaires de travail et l’organisation de l’équipe ont été entièrement modifiés.

Le CPAS d’Arlon a, par ailleurs, créé de nouveaux services suite à la crise sanitaire. Citons un nouveau service de livraison de médicaments et de vivres pour les plus de 65 ans, les personnes isolées ou à la santé précaire.  Le CPAS a aussi mis en place un refuge pour les victimes de violences conjugales ou intrafamiliales.

Du côté de la première ligne du service social, comme on pouvait malheureusement s'y attendre, on commence à voir une augmentation de personnes rencontrant des difficultés financières suite à la crise du covid-19.   70 nouvelles demandes ont été enregistrées, ce qui correspond à une augmentation d’environ 16 % de dossiers sociaux par rapport aux deux mois précédents.  D’un point de vue financier, une augmentation de 15 % a été constatée au niveau des dépenses de revenu d’intégration sociale entre janvier et avril 2020. Et en ce qui concerne les dépenses d’aide sociale, le CPAS constate une augmentation de 8 % entre celles des quatre premiers mois de 2019 et celles des quatre premiers de 2020.

On interprète ces chiffres comme un début de crise sociale ", conclut Alain Deworme. A l'avenir, le CPAS pense, en effet,  que c'est au niveau du service social que les besoins risquent d'être en forte augmentation.

La période de crise n'est pas encore terminée et le CPAS va encore devoir s'adapter. Notons que des actions de remerciements spécifiques pour le personnel ont été mises en place. Des chèques shopping à utiliser dans les commerces arlonais ont notamment été offerts à tous les agents. 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK