Arlon: l'atelier "Facetag", un face à face avec les préjugés sur la société et la religion

Jacopo Armani et Malika El Mai zi, des rhétos de l’ITELA à Arlon,  ont découvert l'atelier  «Facetag»  à la Maison de la Culture d’Arlon.
Jacopo Armani et Malika El Mai zi, des rhétos de l’ITELA à Arlon, ont découvert l'atelier «Facetag» à la Maison de la Culture d’Arlon. - © Nicolas Lefèvre

Hier, A l’initiative de Jacopo Armani et Malika El Mai zi, des rhétos de l’ITELA à Arlon ont découvert l'atelier "Facetag" à la Maison de la Culture d’Arlon.
Une activité destinée à les mettre face à leurs préjugés sur la société et la religion en particulier. Comment dénoncer notamment les préjugés autour des communautés dites "arabo-musulmanes" ?
Face à des images, ils ont dû exprimer leur ressenti et la représentation qu’ils en avaient en un seul mot.
L’occasion de comprendre que certaines impressions dépassent la réalité et que certains mots sont employés trop rapidement. Malika El Mai zi est l'initiatrice :

"Les jeunes qui emploient des termes stéréotypés sont rares. La plupart du temps ils sont victimes des discours médiatiques, éducatifs mais aussi ils ont beaucoup soulevé l'influence des réseaux sociaux. Je pense qu'en tant qu'acteur eux-mêmes de ces réseaux sociaux, ils ont une part de responsabilités dans le langage qu'ils emploient. Les ateliers c'est l'occasion de faire le point avec soi-même, cheminer un peu plus loin sur la langue qu'on emploie, sachant que nous sommes parfois les victimes de notre propre langue."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir