Agriculteurs en colère : les barrages filtrants ont été levés en province du Luxembourg

Les barrages filtrants des agriculteurs perturbant la circulation dans le sud du pays ont été levés vers 14h00, a confirmé le cabinet du gouverneur de la province du Luxembourg, Bernard Caprasse. L'action s'est très bien déroulée et est un succès selon Victor Thines, du syndicat MIG, l'association de producteurs de lait belges (Milcherzeuger Interessengemeinschaft) à l'origine de la mobilisation.

Les producteurs de laits ont levé dans l'après-midi leurs barrages filtrants le long de la E411 Bruxelles-Luxembourg, à hauteur de la sortie 29 à Habay, et sur la N4 à hauteur de Warnach-Fauvillers.

Les déviations ont aussi été levées, et le trafic est en cours de normalisation dans les deux sens sur ces axes, indique le cabinet du gouverneur de la province du Luxembourg. Toutefois, quelques ralentissements sont toujours possibles en raison d'une opération escargot menée par des agriculteurs entre Warnach et Bastogne, précise le cabinet.

Encore 20 minutes de ralentissement

Touring Mobilis estime que le temps de parcours est encore allongé de 20 minutes en direction de Bastogne sur la N4, et de 30 minutes sur la E411 en direction de Namur.

La mobilisation est une réussite selon Victor Thines, du syndicat MIG, puisque aucune échauffourée n'a été déplorée.

"Nous espérons avoir influencé l'opinion publique pour souligner qu'on est dans la dèche. Environ 75% des automobilistes étaient avec nous. Nous verrons si cela a eu de l'impact sur nos ministres ou à l'Europe."

Par ce mouvement de grande ampleur, les agriculteurs entendent maintenir la pression sur les dirigeants politiques avant la réunion européenne prévue le 7 septembre prochain.

Le secteur déplore la chute des prix du lait jusqu'à 25 centimes le litre. C'est le résultat d'une politique laitière qui mise sur l'exportation et la surproduction, estiment les producteurs de lait européens qui réclament une réforme du système pour stabiliser le marché.

Une action menée depuis ce matin

60 tracteurs et une centaine d'agriculteurs ont pris part à ce blocage de l’E411 Luxembourg- Namur à hauteur d’Habay au km 165. L’autoroute a été rendue indisponible dans les deux sens.

Un barrage similaire était installé sur la N4 à Warnach-Fauvillers (Martelange), mais uniquement en direction du Grand-Duché. Ce midi, la situation s’était un peu calmée, avec des files moins importantes.

La nourriture n’est "pas une monnaie d’échange"

Pris à la gorge par des prix trop faibles, trop volatiles, c'est tout le monde agricole qui s'organise au travers de ces actions. Les barrages mis en place ce mercredi matin sur l’E411 et la N4 étaient le fait des producteurs laitiers mais aussi de la FWA et les jeunes agriculteurs.

Les camions alimentaires étaient déviés, obligés de quitter l'autoroute et de stationner au truck-center. L’action visait à dénoncer le transport international ou la mondialisation des produits agricoles. "Nous sommes venus en nombre. On a réussi à bloquer l’autoroute via des barrages filtrants. On pense rester ici jusqu’à 15h, développe Jean-François Dinon (secrétaire de la FWA Sud Luxembourg). Nous arrêtons les camions alimentaires, car nous voulons une régularisation. Nous estimons que la nourriture n’aurait jamais dû se retrouver sur le marché mondial. Il n’est pas normal qu’elle soit devenue une monnaie d’échange."

Les agriculteurs sont "descendus" sur Liège Airport

Mardi soir, environ 600 agriculteurs avec 400 tracteurs ont bloqué les bâtiments d'Aviapartner et de Qatar Airways, à Liège Airport. Vers 00h20, certains manifestants se sont même introduits, avec des pétards et des barres de fer, dans les bâtiments de la société de manutention aéroportuaire.

La police a finalement dispersé la foule de protestataires en utilisant des gaz lacrymogènes, a constaté l'Agence Belga sur place.

TNT bloqué: "Il faut savoir ce que l'on veut!"

Autre action, 300 agriculteurs ont bloqué, mardi soir, l'accès à l'entreprise TNT à Bierset (commune de Grâce-Hollogne). Les protestataires souhaitaient connaître la quantité de nourriture importée via l'aéroport de Liège.

"Nous, les agriculteurs belges sommes en surproduction et des tonnes de vivres sont importées depuis des pays étrangers. Il faut savoir ce que l'on veut! Soit on conserve l'agriculture familiale et traditionnelle, soit on se dirige vers de l'agriculture industrielle", a commenté Guy Franq, le président du MIG (Milcherzeuger Interessengemeinschaft), à l'origine de la manifestation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK