10 éoliennes à proximité de l'échangeur autoroutier E411/E25? Le refus wallon est annulé

Electrabel souhaite implanter 10 éoliennes à proximité de l'échangeur autoroutier E411/E25 (illustration).
Electrabel souhaite implanter 10 éoliennes à proximité de l'échangeur autoroutier E411/E25 (illustration). - © Flickr - Olivier Tétard

Ce projet, à cheval sur les communes de Neufchâteau et Léglise, est porté par Electrabel. Alors que le ministre wallon Carlo Di Antonio (cdH) avait refusé le permis, le Conseil d’État vient d'annuler ce refus du ministre suite à un recours introduit par Electrabel.

Le Conseil d’État s'est appuyé sur deux éléments pour annuler la décision du ministre. Tout d'abord, concernant l'enquête publique : si le ministre estimait qu'elle aurait dû avoir lieu dans un périmètre de 15 kilomètres, le Conseil d’État estime lui que 3 kilomètres était suffisant. Deuxièmement, concernant la proximité de deux ou trois maisons à moins de 450 mètres, le Conseil d’État a jugé que ce n'était pas suffisant pour rejeter le permis.

Par contre, le Conseil d’État estime que les éoliennes causeraient bel et bien des nuisances à l'Observatoire Centre Ardenne avec les éclairages la nuit. Le promoteur doit donc trouver une alternative à ces éclairages nocturnes pour maintenir son projet. Une nouvelle enquête publique va devoir avoir lieu sur ce point particulier.

"Quoi qu’il en soit, le promoteur devra impérativement apporter des solutions aux nuisances que le parc éolien va occasionner à l’Observatoire Centre Ardenne, déclare Dimitri Fourny, député -bourgmestre de Neufchâteau. Le promoteur devra impérativement trouver des moyens pour éteindre ces lampes, à défaut de quoi il y a une impossibilité de pouvoir maintenir le projet."

Le ministre Di Antonio dispose désormais d’une période de 100 jours pour se faire remettre un dossier complet. Il va y avoir aussi une nouvelle enquête publique sur un complément d’information sollicité par le promoteur, qui devra apporter la preuve, interrogé le public sur la problématique des nuisances à l’égard de l’Observatoire Centre Ardenne, poursuit Dimitri Fourny. Et puis, dans les 100 jours, le ministre devra décider s’il prend une nouvelle décision qui autorise ou non le permis de parc éolien.

Si jamais le permis était finalement octroyé par le ministre, les deux communes ont bien rappelé qu'elles étaient toujours contre ce projet éolien et qu'elles introduiraient un recours.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir