Zone de secours d'Eupen : les ambulanciers veulent effectuer leur garde à la caserne

Ce mardi matin, les ambulanciers volontaires de la zone de secours 6 qui couvre la communauté germanophone ont mené une action de protestation contre des économies décidées par la zone.

Jusqu’ici, la caserne d’Eupen disposait de deux ambulances pour secourir la population. Le départ de la première équipe s'effectuait de la caserne, la seconde devait s'effectuer du domicile. Dans les faits certains partaient de chez eux avec la seconde ambulance ou restaient comme la première équipe en caserne. Ramener une ambulance à domicile est interdit et donc l'ambulancier de garde est allé lui aussi prester à la caserne. 

Ce qui a changé , c'est que cet ambulancier "de réserve" doit alors être payé de la même façon que le premier ambulancier s'il est à la caserne. Ce qui double ce poste budgétaire pour la zone. C'est le noeud du problème.

De précieuses minutes perdues en cas d’urgence

3 images
"Combien vaut une vie humaine ? ", se demandent les ambulanciers © D Pirard

"Pour l’instant en partant de la caserne, on a un départ en moins de 2 minutes. Si la deuxième équipe part de son domicile pour venir chercher l’ambulance à la caserne, il faut compter de 7 à 15 minutes pour un départ effectif. Ce sont de précieuses minutes perdues notamment en cas d’AVC. En plus si on dépasse le départ dans les 5 minutes en principe on ne peut plus répondre aux appels de la centrale 112, on doit "déclasser" la deuxième ambulance, la mettre au rouge comme on dit? C'est comme si on supprimait cette seconde ambulance", explique Davy Pirard qui représente les ambulanciers volontaires. A cela s’ajoute le fait que les ambulances doivent être désinfectées tout le temps donc entre l’appel à la seconde ambulance, l’arrivée de l’ambulancier qui n’habite pas nécessairement Eupen sur place, la désinfection, cela peut prendre beaucoup de temps.

Pourtant la nécessité d’une seconde ambulance est bien réelle : "par année la première ambulance intervient en moyenne 1500 fois, la deuxième 500. Rien que depuis le début d’année, la seconde ambulance est déjà intervenue 123 fois !", ajoute Davy Pirard.

Pour éviter de payer la garde

3 images
La deuxième ambulance n' était-elle utile que pour le Covid? , se demande cet ambulancier © D Pirard

La décision de supprimer ce second départ depuis la caserne est une question d’économie. Quand l’ambulancier attend une intervention depuis son domicile, il n’est pas payé. S’il est de garde à la caserne, auparavant il touchait 3,5 euros l’heure et maintenant cela se monte à 13,5 à multiplier par deux si les deux départs se font de la caserne et  cela grève lourdement le budget de la zone de secours.

Les ambulanciers volontaires sont ouverts au dialogue et au compromis "on veut bien prester pour 3,5 euros et même un peu moins ", ajoute Davy Pirard, "nous, ce qui compte c’est de pouvoir secourir au plus vite la population".

Les ambulanciers ont rencontré la présidente de la zone et bourgmestre d’Eupen, Claudia Niessen, et le chef de corps ce mardi matin.

" Je ne peux pas les payer moins que ce qui est prévu dans la loi ", explique  la présidente, Claudia Niessen, "et dans mon budget, il n'est pas prévu de doubler cette dépense là. Maintenant , on peut tout négocier et réorganiser. On peut, par exemple, prévoir ce départ de caserne pour certaines heures où il y a un pic ou faire une économie sur un autre poste de la zone. Mais il me faut des chiffres"

Une nouvelle réunion mais cette fois entre les responsables de la zone et les syndicats aura lieu ce mercredi matin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK