Wégimont: les coulisses des piscines qui accueillent jusqu'à 2000 personnes par jour

l'espace toboggans paisible avant l'arrivée des baigneurs
l'espace toboggans paisible avant l'arrivée des baigneurs - © rtbf

Tous à l'eau, cela semble être le mot d'ordre en ces premiers jours de vacances et de chaleurs estivales. La recherche de fraîcheur passe notamment par le domaine provincial de Wégimont, sa piscine sportive, son espace toboggans et sa pataugeoire. C'est ici que de nombreuses familles et jeunes de la région viennent passer des heures entre eaux, plaine de jeux, barque et promenade. En période d'affluence, le domaine , rien que pour ses piscines, peut accueillir de 800 à 2 000 personnes par jour.

Sauveteur mais pas seulement

14 personnes sont nécessaires pour l'entretien mais aussi la surveillance des piscines. Elles sont aidées par une dizaine d'étudiants pendant les vacances.

Si le domaine n'ouvre qu'à 10 heures, le personnel est, lui, bien plus tôt au travail. c'est que tout doit être parfait pour accueillir les baigneurs. Pour l'entretien, c'est Manu qui arrive le premier vers 7H30 pour ouvrir, nettoyer , mettre en ordre les sanitaires ou encore allumer les extracteurs et son travail se poursuit en journée.

Côté piscines, le maître nageur bronzant sur sa chaise sous ses lunettes de soleil est un mythe. Ici, les surveillants sauveteurs mettent les mains dans le cambouis. Dès son arrivée, Florent Thiry passe à la machinerie. Tout est scruté: le niveau de réserve journalière de chlore et d'acide pour la désinfection des bassins, les préfiltres à nettoyer scrupuleusement, les énormes filtres ensuite à vérifier également avant de passer aux analyses chimiques: vérifier le Ph, le taux de chlore et la température de tous les bassins. Pour cela, il faut de l'huile de coude: serrer, desserrer, tirer, pousser, frotter sous le bassin ou presque dans une chaleur étouffante, c'est moins glamour. Plus d'une heure et demi de travail avant de commencer la surveillance.

Du personnel breveté et de la vidéosurveillance

Dans son local face aux bassins, Gregory Capier est responsable de l'équipe. La première chose à faire, c'est scruter la météo pour , de jour en jour, disposer d'assez de personnel afin d'assurer la sécurité des bassins. Des écrans retransmettent aussi les images des caméras de surveillance pour pouvoir agir rapidement en cas d'accident un peu partout. La fierté de Gregory Capier, c'est de pouvoir disposer d'une équipe où chacun a son brevet supérieur de sauvetage en milieu aquatique...ce qui est loin d'être le cas partout. Les sauveteurs changent de poste toutes les 20 minutes sinon , au soleil, leur vision s'altère. Il faut donc organiser ces rotations entre bord de bassin, chaise haute etc.

Surveillant sauveteur, c'est aussi beaucoup de psychologie pour intervenir en cas de discussions virulentes pour des soucis aussi insignifiants qu'un essuie sur lequel on marche indélicatement!

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK