Waremme intègre le réseau vélo de points-noeuds

Chacun choisit les points-nœuds qu'il souhaite ajouter à son itinéraire.
2 images
Chacun choisit les points-nœuds qu'il souhaite ajouter à son itinéraire. - © Patrice Fagnoul

La Province de Liège élargit son réseau de balades à vélo points-nœuds. Les points-nœuds sont des numéros qui font référence à un croisement. Un panneau de signalement avec ce numéro vous indique la direction à suivre. La distance moyenne entre deux points-nœuds est de 5 à 8 km. À vous de faire votre parcours.

Sur le site de la Province de Liège, il est possible de sélectionner les points-nœuds par lesquels on souhaite passer et ainsi tracer son propre itinéraire. Le site calcule le nombre de kilomètres et sort un fichier gpx qu’on peut imprimer et prendre avec soi en balade. Il existe également des parcours déjà tracés qu’on peut retrouver sur des cartes papiers ou sur le site de la Province de Liège. On peut dire qu’elles ont du succès. Même s’il est compliqué de mesurer le nombre de personnes qui utilisent le réseau, Liège Europe Métropole a constaté un engouement pendant le confinement. Les balades thématiques conçues par l’ASBL ont été très largement téléchargées que ça soit du côté du Condroz ou du Pays de Herve. L’avantage des cartes en papier est qu’elles fournissent également des informations sur les attractions touristiques mais aussi sur la difficulté des parcours. Une option qui devrait arriver prochainement sur la carte interactive.

Un réseau qui offre différentes possibilités

La Hesbaye fait donc à présent partie de ce réseau. Un avantage pour les débutants puisque le dénivelé y est plutôt plat. Au total, la Province de Liège compte 1500 km de chemins balisés et souhaite en ajouter encore entre 500 et 1000 autres d’ici à 2021. Outre la région de Waremme, c’est aussi Malmédy, Herstal et Aywaille qui ont bénéficié de nouveaux points-nœuds.

La force de ce réseau est d’être connecté avec le reste de la Wallonie. En effet, d’autres provinces possèdent également des réseaux points-nœuds. Il est aussi connecté aux frontières notamment pour que les touristes hollandais puissent directement venir à vélo depuis Maastricht. Certaines gares sont également balisées pour pouvoir commencer une balade à la sortie du train sans utiliser la voiture.

Une collaboration avec des bénévoles

Ce réseau de balises est chapeauté par la province pour avoir une uniformisation dans la signalisation sur tout le territoire liégeois. En revanche, ce sont les communes et certains citoyens qui proposent les voies cyclables à relier entre elles. L’occasion pour Christophe Macours, habitant de Remicourt de découvrir un autre aspect de sa commune : "C’est une petite fierté citoyenne. En faisant cette démarche de fourmi de repérer les tronçons les plus intéressants, j’ai découvert qu’en fait, on a vraiment un potentiel cyclable assez important. Le réseau point-nœud, c’est la meilleure manière de mettre ce potentiel cyclable en valeur."

Le GRACQ d’Hannut a également collaboré à l’élaboration du projet. Ils sont heureux de le voir naître mais regrettent que ces chemins ne soient envisagés que pour une utilisation touristique. "On pourrait baliser les alentours des écoles de villages" propose Philippe Lederer, coordinateur du GRACQ à Hannut. Pour faire connaître les points-nœuds de la commune, l’organisme propose une balade dans le cadre de la Semaine de la mobilité. Covid oblige, chacun pédalera de son côté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK