Votre ancêtre liégeois a-t-il servi sous Napoléon ?

Napoléon Bonaparte est mort il y a deux cents ans jour pour jour. Sous l’Empire, la Belgique était française. Peu de familles belges ont échappé à la conscription. Si votre ancêtre était liégeois – au sens large, c’est-à-dire s’il vivait dans le Département de l’Ourthe, l’actuelle Province de Liège - il y a non seulement beaucoup de chances pour qu’il ait porté l’uniforme napoléonien, mais il est en plus possible de le retrouver.

25 000 soldats liégeois sous l’uniforme de l’Empire

L’historien Bernard Wilkin vient de mettre en ligne une base de données qui reprend les noms des 25 000 soldats liégeois – au sens large – de Napoléon. Il faut, pour y trouver le nom de votre ancêtre, qu’il ait vécu à cette époque, dans le Département de l’Ourthe, l’ancêtre de la Province de Liège. Une fois que vous aurez découvert le nom que vous cherchez, il faudra le croiser avec votre généalogie pour être sûr que le soldat dont vous avez trouvé le nom est votre ancêtre ou est de votre famille au sens plus large. Vérifiez s'il vient du même village que vos grands-parents ou d'un village proche ; ce sera un premier indice. 

"Par exemple, on va chercher un Dehousse" sourit Bernard Wilkin "comme l’ancien bourgmestre de Liège. Et on en trouve tout de suite 22. Il y a une petite loupe à côté de chaque nom. Le premier s'appelle Antoine Joseph Dehousse. Je clique. On apprend qu’il vient de Wegnez, qu’il a été conscrit en 1813 et qu’il est parti dans la 78ième cohorte de la Garde Nationale. Ce n’est pas un Liégeois au sens strict, mais le travail que nous avons effectué concerne tout le Département de L’Ourthe, c’est-à-dire plus ou moins la Province de Liège.

Bernard Wilkin a travaillé avec son père René Wilkin. C’est ce dernier qui a initié le travail il y a une trentaine d’années : "Ici, le gros avantage par rapport à ce qui existe déjà, c’est qu’on a fait un contrôle de qualité systématique. Ça a été recoupé avec les informations qui sont disponibles à Vincennes. Dans certains cas, on a des informations sur le parcours des soldats : par exemple s’ils ont gagné la Légion d’Honneur ou s’ils ont été tués.

Si votre nom est liégeois…

Il y avait bien des Wilkin parmi les conscrits du Département de l’Ourthe : "c’est un nom très courant à Liège. Il y en a trente-sept. Il y a mon ancêtre direct, Georges Wilkin, qui a servi dans un régiment de cuirassiers, son frère qui était avec lui et deux autres frères dans des régiments d’infanterie. Les deux cuirassiers ont été chassés de l’armée pour mauvaise conduite, tandis que les deux cadets ne sont jamais revenus."

Si vous vous posiez la question, l’ancêtre direct de l’auteur de cet article ne se trouve pas dans la base de données. Il vivait dans un autre département et, né en 1753, était trop vieux pour la conscription. Notez que cette liste de 25 000 militaires ne reprend que les conscrits à partir de la loi Jourdan de 1798. Le général verviétois Jardon, dont le nom est inscrit sous l’arc de triomphe à Paris n’y figure donc pas, parce qu’il n’était pas conscrit, mais volontaire engagé plus tôt, au temps de la République.

Pour consulter cette base de données, rendez-vous sur le site des Archives de l’Etat : https://search.arch.be/fr/rechercher-des-personnes. Sur la gauche, dans le menu Actes, sélectionnez "tous les projets" et puis "listes des militaires du département de l’Ourthe". Si votre nom est liégeois, il y sera.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK