Vols de déchets: à Liège, Intradel applique désormais la tolérance zéro

Vols de déchets: à Liège, Intradel applique désormais la tolérance zéro
2 images
Vols de déchets: à Liège, Intradel applique désormais la tolérance zéro - © Tous droits réservés

Cela peut paraître étonnant et pourtant, les vols de déchets se multiplient. Un phénomène en augmentation dans toute la Wallonie, et notamment en province de Liège. Il s'agit essentiellement de papiers et cartons laissés devant les domiciles, ainsi que les métaux.

Intradel, l'intercommunale liégeoise des déchets, a d'ailleurs décidé d'appliquer une tolérance zéro. Jean-Jacques de Paoli, porte-parole d'Intradel: "Ça veut dire qu'on va à chaque fois saisir la justice et se porter partie civile pour poursuivre, et qu'il y ait une enquête en tout cas préliminaire et une poursuite, le cas échéant, des personnes qui voleraient des matières, lorsque celles-ci sont déposées le jour de la collecte en porte-à-porte sur le seuil, le trottoir des citoyens".

"On applique la tolérance zéro, parce qu'on constate de plus en plus de vols, et une augmentation aussi de la quantité de matière volée" poursuit le porte-parole d'Intradel. "Il faut savoir que cette matière a de la valeur, et que c'est celle-là qui est volée, et que, dans la structure économique d'une intercommunale comme Intradel, les matières qui ont de la valeur, en termes de recyclage et de revente, viennent en compensation des matières qui coûtent beaucoup d'argent, ce qui permet, pour Intradel notamment, de rester l'Intercommunale la moins chère de la Région wallonne".

Collecte d'huiles usagées: attention!

A côté de ces vols de déchets qui se multiplient, Intradel pointe également une nouveauté qui n'est pas sans dangers: certains parkings de supermarchés accueillent des conteneurs pour huiles usagées. Une pratique qui irrite l'intercommunale liégeoise des déchets, parce que c'est un manque à gagner, mais pas seulement.

"L'huile a aussi de la valeur puisque l'huile de friture, on en fait du bio-carburant" explique Jean-Jacques de Paoli. "Ces huiles doivent être collectées dans un contexte excessivement spécifique, notamment pour le respect de l'environnement. Les collectes doivent être contrôlées. Dans les recyparcs, les citoyens ne peuvent pas eux-mêmes déverser leurs huiles dans les bulles à huiles. Pourquoi? Parce qu'il est formellement interdit de mélanger des huiles de friture avec des huiles moteurs par exemple. Ce mélange, non contrôlé à l'époque, rappellera à tout un chacun la fameuse crise de la dioxine. Les bulles à huiles doivent être également placées dans un endroit qui lui-même est contrôlé et protégé pour le cas où il y a des huiles qui s'écoulent, soit parce qu'on en met un peu à côté, soit parce que, sur un parking de supermarché par exemple, une voiture a reculé dans la bulle et la bulle est fendue et l'huile se déverse dans le sol. Là aussi c'est un vrai problème".

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir