Vingt mois de prison requis contre José Happart

Vingt mois de prison pour José Happart, un an pour le promoteur Christian Binet, de lourdes peines d’amendes et de confiscations, c’est la conclusion du réquisitoire, tracé ce mardi, au procès Liège Airport. Pour l’essentiel, la procureur du roi s’est focalisée sur les accusations de corruption.

Quels sont les faits ? Au milieu des années deux mille, la "bonne amie" de José Happart veut faire construire une maison à Esneux. Elle compte, comme apport personnel, sur la vente d’un terrain que possède sa grand-mère, à Jemeppe. Il est enclavé parmi d’autres parcelles, il ne vaut pas grand-chose. Il est évalué à 5€/m². José Happart demande à Christian Binet, son ami de soixante ans, de venir expertiser le bien. L’homme flaire le bon coup : il propose 25€/m², sous réserve d’obtenir un permis de lotir pour quarante-deux maisons sur la totalité du site. Pour l’accusation, c’est là un "cadeau", en échange d’appuis politiques. Peu importe que le même prix ait été offert aux autres propriétaires. Peu importe que le projet ait été revendu à un autre entrepreneur pour le double, avec une juteuse plus value : c’est un pacte corruptif. D’ailleurs, d’autres "générosités" suivent : lorsque la dame est à court de liquidités pour financer son chantier, Christian Binet accorde un prêt sans intérêt ; une avance sur l’achat du terrain de la grand-mère, un acompte déduit lors de la signature définitive de la vente.

Ce n’est pas une affaire d’enveloppe avec de petites coupures, une affaire de valise remplie de billet dans une chambre d’hôtel : c’est le dossier d’une amitié

Pour la défense de Christian Binet, c’est excessif de parler de trafic d’influence, dans une histoire finalement banale dans les relations d’affaires et les permanences sociales des mandataires politiques. Et de soulever un argument de procédure : désormais, le droit pénal traite différemment le corrompu et le corrupteur. La corruption active, la promesse d’un avantage pour obtenir une contrepartie, est une infraction "instantanée". Et comme Christian Binet n’a pas été inculpé par le juge d’instruction, mais envoyé en correctionnelle en toute fin de procédure, les faits à sa charge sont prescrits ! D’où une demande d’acquittement. L’avocat de José Happart demande également la relaxe de son client, qui, pour rappel, a refusé la proposition de transaction qui lui a été faite, à hauteur de 175.000€.

Archive du 13/06/2013

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK