Verviers: quatre et cinq ans de prison pour les dirigeants d'un important trafic de cocaïne

Verviers: quatre et cinq ans de prison pour les dirigeants d'un important trafic de cocaïne (photo d'illustration)
Verviers: quatre et cinq ans de prison pour les dirigeants d'un important trafic de cocaïne (photo d'illustration) - © AFP

Le tribunal correctionnel de Verviers a respectivement condamné mardi Abdelkader B. (46 ans, de Dison) et Azzedine B. (39 ans, de Pepinster) à des peines de 4 et 5 ans de prison, avec sursis pour ce qui excède la détention préventive, en tant que dirigeants d'une association active dans le trafic de cocaïne, à Verviers, entre 2012 et le printemps 2019. Les logisticiens et livreurs écopent de peines qui s'échelonnent entre 1 et 2 ans de prison.

Quatorze prévenus étaient poursuivis dans le cadre de cet important dossier qui visait plus particulièrement deux cousins originaires du Maroc suspectés d'avoir mis en place, grâce à des livreurs venus en droite ligne de Tarragone (nord de l'Espagne), un trafic de cocaïne dans le quartier d'Hodimont. Les deux cousins, actifs de façon plus soutenue à partir de 2016, pouvaient compter sur l'aide d'une fratrie turque qui mettait à disposition des logements pour leurs livreurs.

En janvier 2018, l'enquête s'était accélérée à la suite de l'interception d'un client connu comme revendeur sur la région de Stavelot-Malmedy. Dès cet instant, des observations avaient été opérées au départ d'une adresse située rue Lucien Defays, considérée comme point de vente, lequel s'était déplacé Pont Léopold neuf mois plus tard.

La livraison se déroulait en mode "drive-in". Le consommateur contactait l'un des dirigeants du trafic; celui-ci se mettait ensuite en relation avec le livreur qui se rendait au lieu de rendez-vous. Il donnait la dose par la fenêtre du véhicule ou s'installait dans la voiture afin d'effectuer la transaction.

Si la première adresse avait mené à Azzedine B. comme tête de proue du trafic, la seconde avait permis aux enquêteurs de resserrer leur étau sur Abdelkader B., mais également sur cette fratrie locale qui mettait véhicules et appartements à disposition des livreurs.

Des adresses dans le quartier d'Hodimont ainsi qu'à Dison avaient ainsi servi de point de chute aux livreurs. Lors d'une perquisition réalisée à l'une des adresses disonaises en mars 2019, la police avait mis la main sur 3.000 euros, 133 grammes de cocaïne, du produit de coupe, des balances de précision, des GSM et une série de documents permettant d'établir des connexions entre les protagonistes du dossier.

Les deux cousins, interpellés quelques semaines plus tard à Tarragone, ont chacun été condamnés à une confiscation par équivalent de l'ordre de 25.000 euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK