Verviers : la multiplication des lotissements inquiète les riverains

Des riverains opposés à la construction de 52 logements
Des riverains opposés à la construction de 52 logements - © rtbf

"Stembert, ce n’est pas un Monopoly pour construire à gogo", c’est un des messages portés par une poignée de manifestants devant l’hôtel de ville de Verviers lors du conseil communal lundi soir. Ces Stembertois en ont assez des projets qui se multiplient sur le haut de leur village à la lisière de la campagne. La goutte qui a fait déborder le vase, c’est un projet assez ancien mais qui commence à prendre forme : la construction de 52 logements.

"Le Promoteur des Promoteurs"

Le projet est mixte avec des maisons mais aussi une trentaine d’appartements. Une pétition avait été lancée. Elle a récolté 300 signatures. Les opposants rappellent qu’autant de logements, c’est aussi une centaine de véhicules au moins. Ils rappellent que certaines routes voisines du projet ne sont pas adaptées, que l’égouttage pose aussi problème et surtout que ce projet dénature les lieux : "il y a de perte de qualité paysagère", affirme Roger Lux, un des riverains. "On n’est pas contre le lotissement, on est contre sa démesure. Il ne correspond pas au caractère rural : les immeubles à appartements sont trop hauts et il y en a trop", ajoute Noel Legrand.

Ce n’est pas le premier lotissement dans le haut de ce village. Les riverains ont introduit un recours.

Ce n’est pas le seul projet en cours actuellement sur le territoire de la ville et plus spécialement à ses limites périphériques. Il en existe pour Lambermont, Petit-Rechain, Ensival et Heusy. A Heusy, ce sont 33 logements qui devraient voir le jour là-bas. Un projet auquel s’opposent Ecolo et le PTB. Plus globalement, le PTB explique d’ailleurs qu’il faut stopper le "tout au béton" et accuse l’échevin Freddy Breuwer d’être un peu "le promoteur des promoteurs".

La volonté d’être une grande ville

"La première préoccupation, c’est d’être une grande ville et on mesure la taille d’une grande ville d’abord par sa population". Pour Freddy Breuwer, c’est clair "on continuera à développer des projets là où il est possible de construire". Et l’échevin de l’urbanisme d’expliquer que la particularité de tous ces projets, c’est qu’on n’étale pas : "on densifie là où on peut construire, là aussi où peut-être la perception des gens était que le caractère rural serait préservé à 100%. On va garder un caractère particulier au niveau de ce qui va être construit. Il y aura une mixité entre les maisons 3 ou 4 façades et les immeubles à appartements. On gardera quand même au niveau du gabarit et du choix des briques u caractère rural mais il faut accepter qu’il y aura plus d’habitants dans le centre de Verviers où des projets existent mais en périphérie également", précise l’échevin.

La ville veut donc ramener des habitants à Verviers, éviter en tout cas une baisse de la population, source de perte de revenus fiscaux, en proposant, dit-elle, un habitat diversifié.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK