Verviers: des élèves de terminale réalisent une vidéo sur le confinement

Mourad Touati (MHT Visio) et Séléna, une des étudiantes-témoin.
Mourad Touati (MHT Visio) et Séléna, une des étudiantes-témoin. - © Alain Scheurette

A situation exceptionnelle, projet exceptionnel et créatif. A Verviers, à l'institut Saint-Michel, une professeure de français a encouragé la réalisation d'une vidéo sur le confinement.

Sophie Gillot a amené ses élèves de terminale à livrer leurs témoignages pendant ces 3 mois de confinement et de suppressions des cours. Le tout orchestré par le vidéaste Mourad Touati, un ancien élève de cette école. Nous sommes allés à leur rencontre.

C'est important de garder une trace

L'aventure est partie d'un constat, Sophie Gillot: "C'est important de garder une trace dans son histoire personnelle quand on vit des événements comme ceux-là. Dans quelques années, ça va être assez intéressant pour eux aussi de pouvoir partager ça avec leurs enfants, leurs petits-enfants, leur famille".

Garder une trace, c'était d'abord dans un petit journal propre à chaque élève. A la rentrée du 18 mai, chacun a partagé ses ressentis. Séléna, Nabid, Clara et Pierrette témoignent: "C'est un peu embêtant de rester sans voir personne, seulement sa famille. Il y a eu des tensions à force de rester tout le temps avec les mêmes personnes". "J'ai juste essayé d'exprimer à quel point j'étais stressé pour mon année. Je n'ai pas vu tous les cours pour l'université, du coup, je ne sais pas trop ce qui va se passer pour le futur". "C'était surtout ne plus voir ses amis et ne plus avoir toute la vie sociale qu'on avait avant". "C'est un peu compliqué de se projeter. On ne sait pas du tout dans quelle école on se dirige parce qu'on n'a pu visiter aucune école".

Une vidéo orchestrée par le vidéaste Mourad Touati, ancien élève de Saint-Michel

Des témoignages que la professeure a voulu conserver et mettre en lumière à travers un petit film. C'est Mourad Touati, vidéaste verviétois et ancien de l'école, qui s'en est chargé: "Ce qui m'a fort étonné, c'est qu'effectivement, on parle beaucoup du coronavirus, et ce n'est pas cela que les jeunes retiennent. On voit qu'ils n'ont pas l'air très inquiets par la pandémie, mais qu'ils sont beaucoup plus inquiets par leur avenir et par ce que eux vont faire dans ce nouveau monde de demain".

Une vidéo qui sera partagée dans quelques jours sur ces fameux réseaux sociaux, indispensables aujourd'hui pour maintenir le contact.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK