Vente et location de déguisements et accessoires : c'est loin d'être la fête

Déguisements, confettis et serpentins sont synonymes de fête. Mais, comme bien d’autres secteurs, les magasins spécialisés ne sont pas à la fête.

Il n’y a plus eu de grandes soirées festives depuis la mi-mars et les annulations de carnavals ont commencé à tomber dès juin, cela a assombri encore un peu plus les perspectives de ces commerces spécialisés. A Waimes, en terre de carnaval, au magasin "Costumes et confettis", Sarah Bernard explique : "Depuis mi-mars, on est complètement à l’arrêt : plus aucune demande.".

Son constat est valable, même pour la période de réouverture de cet été : "Notre clientèle, c’est vraiment lié à la fête, aux soirées à thème, tout ce qui est festivités. Comme il n’y a rien, nos clients ne sont pas revenus. Tant que ça n’a pas redémarré, nous, on ne redémarrera pas et c’est vrai que ça fait un peu peur, parce qu’on n’a aucune perspective d’avenir à ce niveau-là.".

Pas de fêtes de la bière, en septembre et octobre, cette année, les costumes traditionnels habituellement portés dans ces occasions sont donc restés sur leurs tringles. Les demandes de location de costumes de Saint-Nicolas ou de Père Noël sont, par ailleurs, bien peu nombreuses.

En ce qui concerne les carnavals, la saison de Sarah Bernard aurait déjà dû commencer : "Notre période "carnavals" débute en septembre. On travaille chaque année plus ou moins avec une cinquantaine de groupes. On rencontre les groupes. On choisit les costumes ensemble. Ils viennent rechercher les échantillons pour faire essayer à tout le monde. On a des groupes d’une trentaine de personnes, mais on a aussi des groupes de plus de 100 personnes. C’est vraiment notre période, en ce moment, où on est censés être en plein boum. Je pense qu’au niveau du carnaval, on doit déjà préparer la saison 2022 parce que, en 2021, je pense qu’il n’y aura rien. J’en ai fait mon deuil.".

Même si la décision des organisateurs du Laetare de Stavelot, par exemple, ne devrait être connue que début décembre.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK