Une première mondiale chirurgicale avec des implants en os synthétique développés à Liège

Une première mondiale chirurgicale avec des implants en os synthétique développés à Liège
2 images
Une première mondiale chirurgicale avec des implants en os synthétique développés à Liège - © Cerhum

En mars dernier, à l’hôpital Saint-Luc de Bruxelles, une patiente a subi une lourde opération de chirurgie cervico-faciale, une première mondiale. L’os de la mâchoire avait été sectionné en raison d’une tumeur. L’intervention a permis de reconstituer l’os mandibulaire, tel qu’il était avant l’apparition de la tumeur. C’est une technologie développée notamment par la PME liégeoise Cerhum qui a permis de concevoir cet implant inédit, dont nous vous avions parlé il y a quelques mois ; ce n’était alors qu’un projet.

 

Un os synthétique sur mesure grâce à la 3D

L’opération est une réussite complète, affirme le CHU Saint-Luc. Un scanner réalisé six semaines après l’opération montre que le greffon est bien en place. Cette première mondiale nous ouvre la voie pour d’autres applications, notamment en matière de chirurgie dentaire ou plastique, conclut Grégory Nolens, CEO de Cerhum.

La société Cerhum, avec l'entreprise néolouvaniste 3D-Side  a élaboré une méthode novatrice. C’est d’abord une question de matériau, à base de calcium et de phosphate, totalement biocompatible. Grâce à la modélisation développée par le partenaire 3D-SIDE, une "pièce de rechange" véritablement sur mesure peut être imprimée dans une structure poreuse, qui, une fois mise en place, va permettre une régénération tissulaire à la fois rapide et efficace.

L'implant, baptisé "My Bone" est donc un os synthétique " sur mesure ", adapté aux besoins du patient et dont la matière est chimiquement très proche de l’os biologique. Une innovation rendue possible par la technologie d’impression en 3D. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK